Economie

Arrêt de travail chez Bpost ce vendredi pour protester contre la suppression de centaines de postes d’ici 2020

La direction de Bpost a annoncé jeudi, à l’occasion d’une réunion de la commission paritaire, vouloir supprimer plusieurs centaines de postes d’ici 2020 au sein de l’entreprise postale, en ayant notamment recours à la sous-traitance, a-t-on appris de sources syndicales. En réaction, un arrêt de travail est prévu ce vendredi, dont on ne peut pas encore estimer l’ampleur.

Sous-traitance des activités de nettoyage et restauration

Bpost a ainsi annoncé son intention de sous-traiter intégralement les activités de nettoyage et de restauration en 2020. Ces services emploient environ 300 personnes.

En outre, l’emploi devrait diminuer de 90 à 130 équivalents temps plein au sein des contact centers, Bpost justifiant la mesure par un recours, à l’avenir, à de nouvelles technologies, lesquelles entraîneront « une réduction du nombre de contacts nécessitant l’intervention d’un collaborateur ».

Une porte-parole de Bpost a confirmé les intentions de l’entreprise postale mais souligne que la direction va maintenant se mettre autour de la table avec les représentants du personnel, « pour discuter d’un plan social ».

Dans une communication interne au personnel, Bpost évoque des mesures « pas faciles à prendre » mais « nécessaires pour l’avenir » de l’entreprise à long terme.

Une action de grève se tiendra dès lors ce vendredi au sein du personnel de collecte, voire même dans d’autres services, avertit la CSC-Transcom, qui ne peut cependant préciser quelle ampleur aura l’arrêt de travail. 

La CSC-Transcom avait prolongé mardi un préavis de grève déposé il y a quelques semaines au sein de Bpost, a indiqué mercredi à l’agence Belga Stéphane Daussaint, responsable général CSC-Transcom Postes.