Politique

Asile et immigration: Macron veut « adapter » le délit de solidarité

 

Emmanuel Macron –
Capture BFMTV

Interrogé sur BFMTV-RMC et Mediapart dimanche soir, Emmanuel Macron a rejeté l’hypothèse d’une suppression du délit de solidarité envers les migrants. « Il y a aussi des gens qui aident, consciemment ou inconsciemment, les passeurs. Ceux-là, je ne veux pas les affranchir du délit de solidarité car ce qu’ils font est grave ».

« Mais il y a des femmes et des hommes qui parfois sauvent des vies », ajoute Emmanuel Macron, « qui font preuve d’humanité ». Dans leur cas. il se dit favorable à l’idée de « l’adapter » pour tenir compte de « ce geste d’humanité ».

En revanche, il s’est dit opposé à l’interdiction totale du placement en rétention de familles avec mineurs, comme le demandent aussi plusieurs députés LaREM. « Sinon, vous ne pouvez matériellement plus expulser quelque famille que ce soit », a-t-il dit. « Je souhaite que cette rétention dure le moins possible », a-t-il ajouté, en principe seulement « quelques heures » avant l’éloignement.