Sports

Attentat de Londres: la police annonce une arrestation « importante »

 

Le siège de Scotland Yard –
CARL COURT / AFP

Un jeune homme de 18 ans a été arrêté dans le cadre de l’enquête l’attentat revendiqué par Daesh qui a fait 30 blessés vendredi dans le métro londonien.

La police britannique a annoncé samedi 16 septembre avoir procédé à « une arrestation importante » en lien avec l’attentat à la bombe artisanale qui a fait 30 blessés dans une station de métro de Londres, la veille en pleine heure de pointe.
    
« Nous avons fait une arrestation importante dans notre enquête ce matin », a indiqué la police dans un communiqué. Le suspect, un homme de 18 ans, a été arrêté samedi matin par la police du Kent (sud-est de l’Angleterre) « dans la zone portuaire de Douvres » en lien avec des faits « terroristes », a-t-elle précisé. 

Detectives investigating the terrorist attack at Parsons Green have made an arrest https://t.co/dr2s5fajVv pic.twitter.com/eowH6zaX79

— Metropolitan Police (@metpoliceuk) 16 septembre 2017

« Nous avons fait une arrestation importante dans notre enquête ce (samedi) matin », s’est félicité Neil Basu, un responsable de l’antiterrorisme au sein de la police, cité dans le communiqué. « Bien que nous soyons satisfaits des progrès accomplis, l’enquête se poursuit et le niveau de menace est maintenu à critique », a-t-il toutefois ajouté. 

Trois personnes encore hospitalisées 

Selon la police, le suspect était maintenu en garde à vue dans un poste de police local avant son transfert « vers un poste de police du sud de Londres en temps utile ». L’attentat -le cinquième en six mois au Royaume-Uni- est survenu vendredi dans une rame en pleine heure de pointe, vers 08h20 (07h20 GMT), dans la station de Parsons Green, située dans un quartier aisé du sud-ouest de Londres.
    
Qualifié de « terroriste » par la police, il a été revendiqué par Daesh. Selon un nouveau bilan publié par les services de santé samedi matin, 30 blessés, dont aucun grièvement atteint, avaient été traités à l’hôpital. Seuls trois d’entre eux étaient encore hospitalisés.