la Belgique

Brussels Papers: la transparence en politique doit encore faire des progrès (carte interactive)

Leur investigation a duré cinq mois. Depuis le mois de juillet, des journalistes de sept rédactions différentes (RTBF, VRT, La Capitale, Bruzz, le Vif – L’Express et Het Nieuwsblad), associées à la plateforme citoyenne Transparencia, ont entrepris d’obtenir les mandats et les rémunérations des 19 communes bruxelloises.

Le consortium « Brussels Papers » naît au lendemain du scandale du Samusocial. L’objectif semble simple mais ça ne sera pas le cas. Les membres du consortium d’investigation ont tout le mal du monde à obtenir ces fameux documents.

Pourtant, le Parlement bruxellois a voté, en 2006, une ordonnance sur la transparence des rémunérations et sur les avantage des mandataires publics bruxellois.

Normalement lorsqu’un citoyen demande auprès d’une administration communale la liste des mandats et des rémunérations des mandataires publics, il est dans son droit mais dans les faits, c’est une autre histoire.

Entre-temps, une autre ordonnance sur la transparence des rémunérations et dans mandats des mandataires bruxellois a été adoptée par le Parlement bruxellois.

Classement

Celle-ci sera-t-elle plus efficace? Le temps nous le dira car, durant leur investigation, nos journalistes ont dû souvent réitérer leurs demandes. Certaines autorités communales ont plus collaboré que d’autres. Certaines, aussi, n’ont jamais transmis le moindre document.

Au bout de cette enquête journaliste menée en collaboration avec la plateforme « Transparencia », le consortium « Brussels Papers » a dressé un classement des 19 communes bruxelloises. Dans ce classement (représenté ci-dessus sous forme de carte de la Région bruxelloise), chaque commune s’est vu adresser une note allant de 1 à 7 en fonction de son niveau de collaboration.

>>> A lire aussi : Transparence des mandats et des rémunérations: Etterbeek est la commune bruxelloise la plus avancée