Politique

Cinq d’antiquités, des exemplaires du Coran arrêtés à la douane de l’aéroport du Caire

Le CAIRE, le 18 juin. /Corr. TASS Alexandre Localisée/. Cinq exemplaires uniques sacrée pour les musulmans, le livre de la révélation du prophète Mahomet, le Coran, arrêtés par le bureau de douane de l’aéroport international du Caire. Ce sujet a déclaré le chef de l’office des antiquités d’égypte, de la coutume Ahmed ar-Rawi.

Il a dit que la collection de livres anciens a été observée chez plusieurs colis envoyés en Ethiopie. Lors de l’examen des trois bandes les agents des douanes sont tombés sur les objets représentant exceptionnel de la valeur historique, pour ne pas mentionner l’importance des tomes islamiques et de théologiens.

Sur le premier l’opinion des experts, toutes les instances de sacré pour les musulmans, le livre se rapportent au début de la période de l’empire Ottoman, début-milieu du XIVE siècle. Coraniques les textes sont écrits de la main de caractères naskhi, qui à l’époque était considéré comme каллиграфическим. De nombreuses pages sont ornées de motifs géométriques multicolores, et chacun des cinq livres découverts mis en astucieusement выделанный étui en cuir.

Lorsque vous travaillez avec фолиантами les scientifiques ont remarqué que certains de ces livres sont formés de ne pas selon le schéma classique: certains versets (sourates) échangée lieux et de leur priorité ne correspondent pas à la structure canonique de vue sur le contenu du Coran, adoptée par l’islam dans le monde moderne. Tous les confisqués par les instances, selon l’ar-Rawi, sont en très mauvais état et nécessitent immédiate de la restauration.

Par le fait de la détection d’artefacts précieux, qui sont arrivés dans le pays de sans-papiers, a ouvert une enquête. Les enquêteurs à trouver l’adresse exacte de l’expéditeur en Éthiopie et d’essayer de savoir qui voulait devenir un bénéficiaire d’inestimables de contrebande de colis en Egypte.

Il y a quelques mois le ministre égyptien des affaires des antiquités de Khaled al-Анани est rapporté que par leur l’office, en collaboration avec les autres structures de chaque année, l’empêche de 2 mille à 3 mille tentatives de contrebande d’objets d’art, d’architecture et des valeurs historiques, de différentes manières remis en Egypte ou acquis sur le territoire du pays. Selon lui, le gouvernement, sur une base permanente mène un travail de prévention illégal de l’exportation des pays de sujets historiques, qui tentent de passer en contrebande à l’étranger en avion, par mer et par voie terrestre, en passant installé des points de passage. La vérité, a avoué le ministre, parler en cas d’interruption complète de ces canaux secrets il est encore trop tôt.