Politique

Code du travail: vacances studieuses pour ceux qui rédigent les ordonnances

 

Muriel Pénicaud, la ministre du Travail, le 1er août 2017 à l’Assemblée –
PHILIPPE LOPEZ / AFP

Le mois d’août n’est pas synonyme de repos pour la rue de Grenelle. La rédaction des ordonnances sur la réforme du code du Travail est en effet entrée dans sa phase finale.

Tandis qu’Emmanuel Macron profite du soleil marseillais, les échanges fusent à Paris entre l’Élysée, Matignon et le ministère du Travail, indique le JDD ce dimanche. Officiellement, le gouvernement est en vacances. Mais le marathon de la réforme du code du Travail continue rue de Grenelle.

« L’enjeu est très important pour le gouvernement, car cette réforme est un engagement de campagne d’Emmanuel Macron », rappelle François Asselin, président de la Confédération des petites et moyennes entreprises (CPME), dans le JDD.  « Si, à la sortie, on a de l’eau tiède, on continuera à s’enfoncer dans une morosité économique et le quinquennat en prendra un coup. »

Les ordonnances soumises au Conseil d’État le 28 août

Pierre André-Imbert, le conseiller social de l’Élysée, est déjà rentré de ses quelques jours de congé, indique l’hebdomadaire. Censé être en vacances, Antoine Foucher, le directeur de cabinet de la ministre du Travail Muriel Pénicaud, planche également sur certaines parties du paquet d’ordonnances, affirme encore le JDD.

La direction générale du travail est sous pression. D’ici sept jours, elle devra finaliser les 150 à 200 pages d’ordonnances sur la réforme. Une cellule d’experts travaille sans relâche et des juristes ont été recrutés pour éviter tout bug juridique, indique l’hebdomadaire.

Dans la semaine du 21 août, les neuf ordonnances seront exposées « par bout » aux syndicats et au patronat, avant d’être présentées au Conseil d’État le 28 août. L’objectif est de dévoiler les textes le 20 septembre en Conseil des ministres.