Economie

Comment faire pour calculer la valeur et le prix d’une entreprise?

Comment faire pour estimer la valeur et le prix, d’une entreprise ? C’est la question posée par un internaute à notre chroniqueur Pierre Hermant. Celui-ci a apporté ses réponses sur les ondes de La Première ce mardi matin.

« La valorisation n’est pas une science exacte. Je ne suis pas capable ici de donner une méthode facile pour obtenir un prix précis à la virgule près, prévient-il d’entrée de jeu. Si on calcule le prix d’une entreprise, il faut savoir que c’est toujours pour vendre, et donc in fine ce sera l’histoire d’une négociation. »

Mais le spécialiste du monde de l’entreprise propose tout de même une méthode pour calculer une fourchette de valeur « qui pourra être utile pour la négociation ».

Pierre Hermant détaille alors deux méthodes pour valoriser une entreprise :

  • La méthode des « discounted cash flow », littéralement « flux de trésorerie actualisé ». Elle consiste à actualiser des futurs de cash afin de déterminer la valeur d’une entreprise.
  • La deuxième méthode, plus simple, est dite « des multiples ». Concrètement, elle consiste à s’inspirer des chiffres clés d’entreprises similaires (même secteur, même taille), qui ont été récemment vendues et de calculer par déduction une estimation de la valeur de l’entreprise qu’on souhaite valoriser. Les chiffres clés choisis et les multiples qu’on va appliquer à ces chiffres sont spécifiques à certains secteurs d’activité. Souvent on parle de multiples de chiffre d’affaires, de l’EBITDA (Earnings Before Interest, Taxes, Depreciation, and Amortization, soit en français le bénéfice avant intérêts, impôts, dépréciation et amortissement) ou du résultat net.

L’exemple du magasin de jouets…

Prenons le cas d’un vendeur de jouets qui remarque qu’une entreprise relativement similaire en termes de taille a été vendue à deux millions d’euros. Si cette entreprise faisait un chiffre d’affaires d’un million, cela veut donc dire qu’elle a été vendue deux fois son chiffre d’affaires.

Dans le cas d’une société à 1,5 millions d’euros, si on applique cette logque de multiplication par deux, on arrive à 3 millions d’euros.

« On pourrait également calculer la valorisation sur la base d’un multiple de l’EBITDA, poursuit Pierre Hermant. […] C’est une méthode souvent utilisée car elle donne aussi une idée de combien d’années de résultats il me faudra pour pouvoir récupérer la mise que j’ai faite. »

Pierre Hermant prend alors l’exemple du secteur des télécoms. « Il faut savoir que le multiple d’EBITDA, donc de résultat d’exploitation, appliqué est souvent six fois le résultat. Donc si j’ai fait un résultat brut d’exploitation de 300 000 euros et que je suis dans les télécoms, la valeur sera 300.000 x 6, ça va dire donc 1,8 million pour mon entreprise. »

… ou de la friterie

Mais il faut faire une différence entre la valeur d’une entreprise et le prix à débourser pour l’acheter. Le chroniqueur de La Première prend alors l’exemple d’une friterie située près d’un stade. Le chiffre d’affaires de cet établissement est de 500.000 euros. « Pour une friterie, on dit que le multiple est une fois le chiffre d’affaires. La valeur sera de 500.000 euros. »

Pour fixer le prix de l’entreprise, il faut déduire une série de dettes. « Si par exemple j’avais encore un crédit pour les frigos ou pour du matériel que j’ai dans mon entreprise, pour 50 000 euros par exemple, ce sera 500.000 moins ces 50.000 de crédit. J’ajouterai peut-être mon stock qui me restait de pommes de terre et la caisse, et avec ça j’aurai le prix final. »

Il faut aussi regarder vers le futur. Dans le cas de la friterie, la perspective d’une série de matchs de football des Diables rouges peut être alléchante. « Là on pourra avoir un nouveau pronostic de valeur pour le chiffre d’affaires futur de l’entreprise. Ça fera un chiffre potentiel intéressant. Il faudra donc avoir aussi ça dans le débat qui fera la valorisation », conclut Pierre Hermant.