la Belgique

Dalhem dans l’air du temps: exit les partis traditionnels, place à Maïeur et DalhemDemain

En 2012, Arnaud Dewez succédait à son oncle Jean-Claude Dewez, bourgmestre MR durant trois législatures, dans une majorité  MR-PS, en place depuis près de 25 ans dans cette commune de la Basse-Meuse. A 31 ans, celui-ci dit avoir la force, l’énergie et la volonté nécessaires pour poursuivre l’aventure au service des Dalhemois. Il est donc candidat à sa propre succession mais il mènera une nouvelle liste baptisée « Maïeur ». Cette liste qui comptera 19 candidats apparentés au MR et cdH, déjà mandataires ou non, se veut aussi ouverte aux citoyens sans apparentement ni expérience politique. Le souhait étant de réunir des personnes qui ont la même vision de la gestion communale. 

Quid du PS?

En septembre dernier, lorsque Arnaud Dewez lance sa nouvelle liste « Maïeur », la question du partenariat avec le PS se pose.

« L’objectif n’est pas d’écarter le PS qui est notre partenaire de majorité » explique alors le bourgmestre « mais il est vrai que l’on a une vision différente de la gestion de la commune. Le PS fera certainement sa liste de son côté ».

En effet, dans la foulée, Pierre Etienne, actuel président de L’USC de Dalhem et également conseiller au sein du CPAS dévoilait un nouveau mouvement. Mais, exit la liste PS, voici DalhemDemain. Une nouvelle liste qui comptera 19 candidats et qu’emmènera donc Pierre Etienne qui se présente pour la première fois aux élections communales. DalhemDemain, un nom qui fleure bon l’air du temps.

Pierre Etienne ne le nie pas. Quant à l’étiquette PS, serait-elle aujourd’hui préjudiciable? « Ce ne sont pas les affaires qui ont secoué le PS qui motivent prioritairement ce changement de nom » tient à préciser le numéro 1 de cette nouvelle liste. « On ne renie pas les idées du PS, on n’oublie pas d’où on vient mais il faut sortir de sa zone de confort, se montrer audacieux. Changer de nom c’est une prise de risque, un challenge. Nous voulons changer la manière de faire de la politique et nous refusons les alliances pré-électorales ».

Cette liste accueillera des progressistes de gauche apparentés PS, Écolo… mais aussi des gens qui ne font pas de politique. « Il faut des profils différents » souligne Pierre Etienne qui dit avoir notamment approché des agriculteurs. « On est attaché au monde agricole et à l’aménagement du territoire » souligne Pierre Etienne,  insistant sur l’importance d’un urbanisme régulé et d’une cohésion sociale pour éviter le développement de cités dortoirs.

L’ère du camouflage

Renouveau, le parti de l’opposition, compte sept conseillers communaux. Sa présidente France Hotterbeex, ne cache pas son scepticisme: « C’est dans l’air du temps de camoufler le nom des partis traditionnels suite aux récents scandales. Les noms changent mais les personnes restent. Quant aux candidats d’ouverture, sans carte de parti, auront-ils droit au chapitre? Nous en doutons ».

Et de pointer, précisément, parmi les points négatifs de la législature 2012-2018, le manque de transparence de la majorité. Son refus systématique d’insérer les interventions des conseillers de l’opposition lorsqu’ils le demandent. Leur refus quasi systématique également des propositions de l’opposition, ne se gênant pas à l’occasion pour les reprendre à son compte. Exemples: la proposition de créer un Conseil communal des enfants ou celle d’instituer un CCATM, Commission Consultative Communale d’Aménagement du Territoire et de la Mobilité. 

Au 1er janvier 2017, Dalhem comptait 7.331 habitants. La question de l’urbanisme et de l’aménagement du territoire est une question cruciale pour cette commune rurale qui s’agrandit d’une centaine d’habitants par an. Une question qui entraîne celle du logement et de la mobilité. La mobilité, un aspect central pour le développement de la commune mais « gérée de manière catastrophique » selon Renouveau.

En la matière, certains dossiers en souffrance depuis très longtemps seraient cependant en passe d’aboutir.

Citons notamment celui de réaffectation du tunnel sous la vieille ville de Dalhem en un ravel pour cyclistes et piétons. Il s’agit d’un tunnel vicinal fermé depuis une trentaine d’années, long de 144 mètres. Ce tunnel permettra de relier les communes de Soumagne et Blegny. Les travaux devraient démarrer en 2018.

Le projet de piste cyclable et piétonne qui passera par Berneau -commune de l’entité de Dalhem- devrait lui aussi bientôt voir le jour.

Le début des travaux est prévu pour 2018.

Enfin, le dossier de la N604 et N608, deux routes nationales laissées à l’abandon depuis longtemps et donc dans un état déplorable, semble bouger lui aussi. Il faudra toutefois attendre 2019 pour le début du chantier qui nécessitera des expropriations agricoles.

Pour Renouveau, rendre les villages plus conviviaux, freiner l’urbanisation et préserver le cadre rural de la commune de Dalhem, font partie des enjeux prioritaires pour la prochaine législature.