Monde

D’épaisseur: la Russie va travailler avec les pays désireux de développer les relations bilatérales

Le vice-président de la Douma Pierre Épais

© Marat Абулхатин/фотослужба de la Douma d’etat de la fédération de RUSSIE/TASS

MOSCOU, le 15 avril. /TASS/. La russie ne fonctionne qu’avec les pays qui sont prêts à développer les relations bilatérales, a déclaré dimanche à l’antenne de la Première chaîne, le vice-président de la Douma d’etat Pierre Épais.

Voir aussi


De nouvelles sanctions des états-UNIS. Celui qui est entré dans la liste noire

« Si l’on veut travailler ensemble, donc, Fédération de Russie de son côté aussi, fermera les portes pour les collègues des états-Unis. Nous allons travailler avec quelqu’un qui est prêt et disposé à développer les relations avec la Russie », – a déclaré le Côlon.

Le 6 avril, Washington a imposé des sanctions contre sept des entrepreneurs russes parmi les plus grands, 17 des fonctionnaires et des dirigeants de госкорпораций, ainsi que contre 12, de sociétés privées et de deux organismes d’état comme la réponse à la « méchante d’activités du gouvernement de la fédération de RUSSIE. Du MAE de la fédération de RUSSIE a déclaré que la Russie ne laissera pas de nouvelles sanctions des états-UNIS sans réponse rigide.

Le vendredi à la Douma un projet de loi Sur les mesures d’impact (lutte contre le) sur les actions hostiles des états-UNIS et (ou) d’autres états étrangers ». Le document prévoit notamment une interdiction ou d’une restriction de l’importation en Russie de produits agricoles, de matières premières, de nourriture, d’alcool, de tabac, de médicaments ou de médicaments des états-UNIS et d’autres pays hostiles; cependant, les médicaments, les analogues qui, en Russie, les restrictions ne seront pas affectés.

Russes контрсанкции peuvent également toucher de conseil et d’audit des entreprises, la part de la participation étrangère dans le dépasse de 25%, ils peuvent refuser de fournir des services госкомпаниям de la fédération de RUSSIE. En outre, les sociétés de capital social dont plus de 25% sous le contrôle des états-UNIS ou un autre pays étranger, peuvent limiter l’accès à la privatisation de la propriété sur le territoire de la Russie.