la Belgique

Des dérogations « frauduleuses » pour des vols de nuit ? Brussels Airport attaquée en justice

Des habitants attaquent la direction de l’aéroport de Bruxelles-National en justice. Il s’agit d’une plainte au pénal. L’objet de celle-ci ? Un avion-cargo de la compagnie DHL qui vole de nuit, sans respecter les normes de bruit en vigueur. Tout cela, affirment ces riverains, avec la bénédiction de l’aéroport et de la DGTA, la direction générale du transport aérien.

L’avion-cargo en question, un DHL Boeing 777, passe dans le ciel bruxellois trois nuits par semaine. Or, selon les plaignants, il est trop bruyant au décollage.

Un « quota count » de 11, c’est l’échelle utilisée. 11 au lieu de 8, qui est la norme maximale.

« Ce sont des vols qui dépassent les normes autorisées, qui font l’objet de dérogations, explique Philippe Vanlangendonck, l’avocat des riverains. Les dérogations sont contraires aux normes de bruit bruxelloises. L’exploitant de l’aéroport est d’ailleurs lui-même obligé de les respecter. »

Les plaignants suspectent « des manœuvres frauduleuses de la part de la direction de l’aéroport ».

« Il y a eu des autorisations données par la DGTA, sous la pression de l’aéroport, déclare Antoine Wilhelmi, pour le mouvement de Bruxellois survolés « Pas Question ». Il y a une série de documents à charge des exploitants de l’aéroport qui montrent qu’ils ont manœuvré pour violer la loi sciemment (…) Effectivement, la DGTA a donné cette autorisation sous prétexte que le vol DHL 777 n’était rempli qu’à moitié – information impossible à vérifier, d’ailleurs. Mais la loi européenne est très claire : soit l’avion a un quota count de 8 et il peut voler ; soit son quota count est supérieur et il ne peut pas voler de nuit à Bruxelles. »

La plainte a été introduite au pénal la semaine dernière. Elle vise la direction de l’aéroport, et plus particulièrement son patron Arnaud Feist.

Contactée par nos soins, la direction de Brussels Airport n’a pas encore réagi.