Politique

Des fruits, des légumes, des olives…au cœur d’une tension diplomatique entre l’Irlande et Israël

Le sénat Irlandais a adopté une loi cette semaine, pour interdire l’importation des produit en provenance des colonies israéliennes en territoires palestiniens occupés sous peine de poursuites. 

Cette loi va bien plus loin que la position de l’Union européenne qui impose d’indiquer sur l’étiquette qu’un produit vient des colonies en territoires palestiniens. Ici, c’est le consommateur qui décide d’acheter ou non ce qu’ont produit les colons israéliens. 

Mais l’Irlande veut aller un cran plus loin, sur proposition de Frances Black. Cette sénatrice indépendante, également chanteuse populaire, a mené une campagne intense pour faire interdire ces produits. Il s’agit, dit-elle, « de défendre la justice et les droits de l’homme puisque ces terres sont occupées illégalement par les colons israéliens en dépit du droit international », a-t-elle plaidé devant le sénat. Et elle a été suivie par tous sauf le parti au pouvoir : 25 votes pour, 20 votes contre. 

Colère d’Israël

La loi est donc passée au sénat, elle doit encore être débattue en septembre à la Chambre, mais elle a d’emblée provoqué la colère d’Israël.

L’ambassadrice d’Irlande à Tel-Aviv a été convoquée. Le ministère des Affaires étrangères, dans un communiqué, parle d’un boycott d’Israël, populiste dangereux et extrémiste. Boycott qui pourrait en outre pénaliser les Palestinens qui travaillent dans certaines implantations industrielles des colonies, dit encore Israël.

Mais côté palestinien cette mesure a, au contraire, été saluée, qualifiée d’historique et courageuse.

Le CNCD-11.11.11, qui porte cette revendication depuis 4 ans, a également applaudi et demande à la Belgique de suivre l’exemple irlandais.