la Belgique

Dossier F-16: le député Ecolo, Benoit Hellings, a pu consulter les audits

L’état major de la force aérienne a-t-il caché des informations essentielles au ministre de la défense Steven Vandeput concernant la durée de vie des F-16? C’est principalement cette question que devaient éclaircir les audits présentés ce lundi. Vendredi dernier, les députés avaient reçu des résumés des deux enquêtes. Et aujourd’hui, certains députés pouvaient consulter une version complète des audits, mais dans des circonstances un peu particulière. Le député fédéral Ecolo Benoit Hellings en faisait partie, et explique ce qu’il a pu lire dans Soir Première.

Premièrement, sur la forme, il faut savoir qu’il fallait laisser le téléphone portable à l’extérieur, entrer seul et aller consulter ces documents en néerlandais. Des circonstances anormales selon le député: « C’est complètement anormal que dans une démocratie, des documents essentiels pour comprendre un marché capital,15 milliards sur 40 ans, soient laissés dans l’ignorance du public, et que ce soit seulement des députés complètement dépouillés et édentés qui puissent avoir accès à ces dizaines de pages qui, en effet, permettent de mieux comprendre comment la décision s’est prise ».

Sur le fond, Benoit Hellings a appris qu’à un moment, un colonel, un autre que le colonel X, a décidé que les informations contenues dans les rapports de Lockheed Martin sur l’avion, la prolongation de la durée de vie de ces avions F-16, était sans valeur. Mais ce qu’il ne comprend pas, c’est pourquoi cette information capitale n’a pas été transmise au ministre. « Politiquement, je ne comprends pas comment ça se fait que le ministre de la Défense N-VA Steven Vandeput admet et considère qu’il est normal qu’il soit et qu’il ait été maintenu dans l’ignorance ».

Et la suite?

Que va-t-il se passer à présent? Y a-t-il une confiance suffisante aujourd’hui entre le ministre de la Défense et l’armée que pour pouvoir prolonger et poursuivre cette procédure de remplacement des F-16? Pour le député écolo, quand il s’agit d’un dossier qui est aussi coûteux pour les citoyens et qui va impliquer deux générations de ministres, on ne doit pas prendre cette décision à la légère: « Pour moi, les circonstances pour pouvoir décider d’un marché aussi coûteux et aussi stratégique ne sont plus réunies pour que ça se fasse dans la sérénité voulue. On est quand même en démocratie et on est en train de prendre une décision avec des infos qui ne se transmettent pas de l’armée vers le politique, avec des documents secrets qui sont lisibles pendant deux jours dans des circonstances extrêmement spécifiques, ça ne va pas. »