Eco/Tech

« Dramatique solution »: la réaction mondiale à la sortie des états-UNIS de Paris de l’accord sur le climat

© AP Photo/Andrew Harnik

Les etats-Unis sortiront de Paris de l’accord sur le climat. Le leader américain a souligné que les etats-UNIS pourraient perdre 2,7 millions d’emplois d’ici 2025, si vous aviez les dispositions de l’accord. Aussi Trump estime que l’accord de Paris « redistribue les américains de la richesse au profit des autres pays.

La réaction des politiciens et des diplomates sur la décision du président des états-UNIS — dans le matériau TASS.

L’ancien président AMÉRICAIN Barack Obama estime que l’administration de son successeur de Donald Trump « refuse de l’avenir », sortir de de Paris à un accord sur le climat. Un ancien politicien il a souligné dans une déclaration à l’impression au sujet de la décision adoptée par le président actuel des états-UNIS. La déclaration d’Obama a été distribué au moment où le Trump n’est pas encore diplômé de son discours sur ce sujet.

Voir aussi


Ce qu’il faut savoir sur le Parisien, un accord sur le climat

« Les pays restant membres de l’accord de Paris, de le récupérer et d’avantages en termes de création d’emplois et de productions industrielles », a indiqué l’ancien propriétaire de la maison Blanche. « Je crois que les états-UNIS doivent être dans les premiers rangs de ce groupe, continua – t-il. – Mais, même en l’absence du leadership américain, même dans des conditions où l’administration actuelle se joint à une misérable poignée de pays, renonçant à l’avenir, je suis sûr que nos états, des villes et de notre entreprise vont faire encore plus pour mener et de préserver pour les générations futures de notre planète, qui nous en sommes tous un ».

Simultanément avec le discours d’Obama de la déclaration de protestation contre la décision de la Trump sur la sortie de Paris de l’accord fait et plusieurs états et des organisations sociales. Parmi eux, non seulement libéral « Centre pour le progrès américain », mais aussi « le Centre des politiques bipartite », observe la centriste de l’orientation.

Auparavant, plusieurs états, de municipalités et d’entreprises dans les états-UNIS ont annoncé leur intention de se conformer aux conditions parisiens des accords sur le climat, indépendamment de l’approche de la maison Blanche. C’est, il a déclaré dans un communiqué Obama. En général, l’opposition démocratique aux états-UNIS depuis l’arrivée au pouvoir de l’actuel président républicain ne cesse à travers le pays, une campagne de désobéissance civile et l’action de son administration.

Annuler cette décision dramatique

Le maire de Paris, Anne Hidalgo estime que le président AMÉRICAIN Donald Trump devrait marquer la décision concernant la sortie de Washington, de Paris de l’accord sur le climat. À ce sujet, elle a écrit dans son Twitter.

J’appelle solennellement @realDonaldTrump à revenir sur cette décision dramatique. https://t.co/yfrmYSSVmc #Cities4Climate pic.twitter.com/Gi70pGekzv

— Anne Hidalgo (@Anne_Hidalgo) 1 Juin 2017

« J’appelle Trump annuler cette dramatique solution », écrit – elle. Hidalgo a également publié sur sa page une déclaration dans laquelle il a souligné que « le changement climatique représente une menace réelle pour l’avenir de la planète ». « Cela met en danger la santé, la prospérité, la sécurité et la vie de nos enfants et petits-enfants. Les preuves scientifiques sont incontestables et indéniables », a souligné le maire.

Selon elle, les effets des changements climatiques se font déjà sentir dans les grandes villes du monde. À titre d’exemple, elle a cité des ouragans, à la Nouvelle-Orléans et New York, les inondations à Paris, la pollution de l’air à Pékin, new Delhi et dans toutes les grandes villes.

Si nous voulons éviter une crise climatique dramatique, nous avons plus que jamais besoin du leadership américain: https://t.co/yfrmYSSVmc

— Anne Hidalgo (@Anne_Hidalgo) 1 Juin 2017

Hidalgo estime signé en 2015 un accord « diplomatique de l’exploit ». « Dérivant des états-UNIS de Paris de l’accord, le président de la Trump a fait une erreur fatale, ce qui peut conduire à des conséquences dramatiques », estime – t-elle.

La révision de l’accord sur le climat ne peut pas être

La révision de l’accord de Paris sur le climat ne peut pas être. Sur cela dit dans le partage de la communication dirigeants de la RFA, la France et l’Italie, qui a été distribuée par l’office de la chancelière angela Merkel.

« Nous croyons que l’accord conclu à Paris en décembre 2015, l’accord est irréversible et nous sommes convaincus que de nouvelles négociations sur le Parisien accord ne peut pas être, parce que c’est un outil vital pour notre planète, pour la société et l’économie », – a noté dans le message

Angela Merkel regrette la décision du président AMÉRICAIN Donald Trump refuser de l’accord sur le climat. Les mots d’un chapitre de l’allemand cabinet a diffusé sur Twitter son porte-parole Steffen Зайберт.

« Je regrette la décision du président américain. Continuer de toutes les forces – une politique globale sur le climat, qui retiennent la Terre », – figure une citation de Merkel. De lui-même Зайберт a écrit que Merkel a regretté personnellement Trump lors d’une conversation téléphonique.

Kanzlerin #Merkel: Ich bedauere die Entscheidung des US-Präsidenten. Weiter alle Kraft für globale Klimapolitik, die unsere Erde bewahrt.

— Steffen Seibert (@RegSprecher) 1 Juin 2017

Nuit à tous les peuples du monde

Les représentants du gouvernement de l’Allemagne ont critiqué la décision du président AMÉRICAIN Donald Trump refuser de l’accord sur le climat. Sur cela dit dans la déclaration conjointe de cinq allemands des ministres, qui s’étale du MAE de la RFA.

« Les etats-Unis nuire à soi, aux européens et à tous les autres peuples du monde », – dit dans le message. De l’avis des ministres allemands, celui « qui nie l’existence des changements climatiques, et de ne pas se battre avec eux », celui au fil du temps de plus en plus sera obligé de se battre contre des phénomènes tels que la sécheresse et les inondations.

« Celui qui refuse de l’accord, chevauche le chemin de la croissance économique et met en danger la vie de base pour les générations futures », – dit dans le message. La décision de Trump en république fédérale d’allemagne ont appelé une « erreur politique », car elle met en question l’autorité des traités internationaux.

« De notre côté, les grands pays comme la Chine, le Brésil, l’Inde et la Russie, ainsi que de nombreux états, dont le changement climatique menace est particulièrement forte, par exemple, les états de l’Afrique et les petits états insulaires », – a noté dans le cabinet de l’Allemagne

La déclaration signé le chef de la diplomatie allemande Sigmar Gabriel, le chef du Ministère de la justice Heiko Maas, le chef du ministère de l’Economie Brigitte Циприс, ministre de la famille Manuela Швезиг, ministre de l’environnement Barbara Hendricks et le chef du ministère du Travail Andrea Налес.

Une grande déception

La décision des états-UNIS à propos de la sortie de Paris) de l’accord sur le climat – un pas en arrière dans les efforts mondiaux pour lutter contre le rejet dans l’atmosphère de gaz à effet de serre. Ce sujet a déclaré le représentant du secrétaire général de l’ONU, Stéphane Дюжаррик.

« La décision des états-UNIS de sortir de Paris) de l’accord sur le climat est une grande déception pour les efforts mondiaux visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre et pour la sécurité mondiale, a la recherch au siège de la communauté internationale un communiqué. – Accord de paris sur le climat a été approuvé en 2015, les pays du monde, car il a pris conscience de l’énorme préjudice, qui a déjà portent les changements climatiques, ainsi que les énormes possibilités qui se détachent en relation avec les efforts de prévention de ce processus ». Accord de paris, il a souligné, « crée pour tous les pays efficaces, mais en même temps un cadre souple pour les efforts dans ce domaine ».

Selon Étienne Дюжаррика, les etats-UNIS doivent à l’avenir participer à la résolution des problèmes environnementaux et le secrétaire général de l’ONU, António Гуттериш « a l’intention de coopérer avec les autorités des états-UNIS et avec toutes les parties prenantes dans les états-UNIS et dans d’autres pays à travers le monde, afin de garantir un développement durable dans le monde ».

Pas un pas en arrière

L’italie ne renoncera pas à des engagements pris selon le Parisien contrat d’engagements. Ce sujet a écrit dans son Twitter, le premier ministre de l’Italie Paolo Джентилони.

« Nous ne le fera pas en arrière des accords de Paris de l’accord. L’italie prend des mesures pour réduire les émissions, le renforcement des sources alternatives d’énergie et du développement durable », a écrit le chef du gouvernement italien.

Déclaration De La Commission Européenne

L’union européenne regrette profondément la décision AMÉRICAINE de Paris à un accord sur le climat. Sur cela dit dans le communiqué de la Commission européenne (CE), distribué à Bruxelles.

« Aujourd’hui est un jour triste pour la communauté mondiale, comme un partenaire clé de se détourner de la lutte contre le changement climatique. L’UE regrette profondément sur la décision unilatérale de l’administration (le président Donald – env. TASS) de donald Trump sur le retrait des états-UNIS de Paris de l’accord », – cite de la commission EUROPÉENNE du commissaire sur l’évolution du climat et de l’énergie, Miguel Arias Canete.

Selon lui, l’accord de Paris continuera d’agir. « Le monde peut continuer à compter sur l’Europe pour son leadership dans la lutte contre le changement climatique. L’europe tiendra une politique ambitieuse dans le domaine du climat et continuera de soutenir les pauvres et les groupes vulnérables de la population, dit – il. – Nous nous en tiendrons à Paris de l’accord, nous allons l’exécuter ».

Недальновидный étape

Le refus des états-UNIS de l’accord sur le climat est à courte vue pas et nécessite une intensification du travail de la part des autres états. Cette opinion a été exprimée jeudi à Twitter le chef du Ministère des finances de la Finlande Petteri Орпо.

« C’est myope et irresponsable. Il faut maintenant plus d’action de la part de l’UE, la Chine et le reste », a – t-il.

Shortsighted and irresponsible. Requires bien plus de leadership from the EU, China and the rest. https://t.co/SXyNbLscuH

— Petteri Orpo (@PetteriOrpo) 1 Juin 2017

« Vraiment une triste nouvelle » a appelé de la décision du président AMÉRICAIN Donald Trump, le premier ministre finlandais Juha Сипиля. À son tour, le ministre de la protection de l’environnement Kimmo Тииликайнен a indiqué qu’il « triste à cause de ses amis américains, qui ont travaillé dur pour parvenir à un accord ». Ce faisant, il a assuré que « la Finlande et d’autres ambitieux (pays et organisations qui ont appuyé le document) continueront à cette affaire ».

Le leader finlandais de l’Union « verts » Villa Ниинисте, en regardant la réaction à la déclaration de donald Trump, a souligné qu’il « a rarement vu de semblable mondiale l’union en faveur de la protection du climat ». « La sortie des états-UNIS et Trump rassemble tous les autres », estime – t-il.

L’avenir de la planète

Le président de la France Emmanuel Macron a déclaré que regrette la décision des états-UNIS de sortir de de Paris à un accord sur le climat.

« Je regrette la décision des états-UNIS de sortir de de Paris de l’accord, mais le respecte », a déclaré le président. Il a souligné que la décision du président AMÉRICAIN Donald Trump estime l’erreur. « Je crois qu’il (Trump – env. TASS) commet une erreur en ce qui concerne non seulement l’avenir de son pays et de son peuple, mais aussi de l’avenir de toute la planète », a déclaré Macron.

« Le changement climatique est l’un des plus grands problèmes de notre temps. Et la France va à l’avant-garde de la lutte contre cette, dit – il. Macron a souligné que la décision des états-UNIS de sortir de l’accord de la France ne renoncera pas à ses obligations en vertu du traité.
Selon lui, « ne peut pas être un autre plan de la lutte contre le changement climatique – env. TASS), car il n’est pas d’une autre planète ».

Leader français a également assuré que son pays n’abandonne pas la lutte contre le changement climatique.

« L’amérique a tourné le dos au monde, mais la France ne renoncera pas à la lutte contre le changement climatique », dit-il.

« Nous rien ne refusons. Je veux dire les etats-UNIS, que la France croit en vous, le monde croit en vous. Je sais que vous êtes un grand peuple, mais la France va continuer sa lutte pour l’avenir de la planète », a – t-il déclaré.

Macron a aussi invité en France par des chercheurs américains et les ingénieurs de travailler sur les questions climatiques.

« Pour tous les scientifiques, d’ingénieurs, d’entrepreneurs, de tous les citoyens responsables, огорченных la décision du président des états-UNIS (Donald Trump), je veux dire qu’en France, vous trouverez votre deuxième maison. Venez travailler avec nous sur la solution des problèmes spécifiques du climat et de l’environnement », dit Macron aux citoyens des états-UNIS en anglais.

« La france ne tourne pas le dos à vous. Nous n’abandonnons la lutte », a déclaré Macron.

L’impact négatif

Les autorités brésiliennes sont préoccupés par le refus du président AMÉRICAIN Donald Trump de l’accord sur le climat. Sur cela dit dans la déclaration conjointe du ministère de l’environnement et du ministère des affaires étrangères le plus grand pays sud-américain.

« Le gouvernement brésilien avec une profonde inquiétude et la déception a reçu aujourd’hui, le 1er juin, un message d’erreur indiquant que les etats-UNIS vont sortir de de Paris à un accord sur le climat et d’ouvrir de nouvelles négociations sur sa participation. Nous nous inquiétons de l’impact négatif de cette décision sur le dialogue et la coopération multilatérale dans le domaine de relever les défis mondiaux », – a noté dans le document.

Les auteurs de la déclaration ont souligné que la lutte contre le changement climatique est un processus qui ne peut être reportée à plus tard et qui est compatible avec la croissance économique ».

« Le gouvernement brésilien est toujours prêt à travailler avec tous les pays qui ont conclu un accord, et avec d’autres acteurs, afin de soutenir le développement efficace, accompagnée d’un faible niveau d’émissions de gaz à effet de serre et oppose des conséquences négatives du changement climatique », ont déclaré les représentants des deux ministères.

Un appel à l’unité

Le maire de Londres Sadiq Khan a appelé à l’union des efforts de la communauté dans la lutte contre le changement climatique.

« Maintenant plus que jamais, les dirigeants mondiaux doivent reconnaître la menace du changement climatique, et d’unir les efforts pour la protection de la santé publique, la réduction des émissions toxiques, d’aider et d’encourager la planète a été plus respectueux de l’environnement », a déclaré le maire de la capitale Twitter.

The US have announced their withdrawal from the #ParisAgreement. My statement on how climate change remains one of the key risks to humanity pic.twitter.com/bpBleA4ls5

— Sadiq Khan (@SadiqKhan) le 1er juin 2017,

Han a promis de maintenir son « engagement Parisien de l’accord et la coopération avec d’autres centres mondiaux pour résoudre le problème des émissions (de gaz à effet de serre), de substances dangereuses et la protection de l’environnement ».

« Nous ne pouvons pas ne pas prêter attention au fait que les changements climatiques restent l’un des principaux risques pour l’humanité », a souligné le maire de Londres.

La valeur critique pour l’humanité

Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau a déclaré que déçu de la décision de Trump sur le retrait de l’accord sur le climat

« Nous sommes profondément déçus que le gouvernement fédéral Des états-Unis a décidé de sortir de Paris à un accord sur le climat », dit – il.

Le chef du gouvernement a souligné que « la position du Canada dans la lutte contre le changement climatique reste immuable » et « elle reste une avec toutes les autres parties qui soutiennent cet accord ».

Trudeau a ajouté que Ottawa a l’intention de continuer à travailler avec les etats-UNIS comme le secteur public et à d’autres niveaux sur le changement climatique.

« Nous continuerons à adresser aux autorités fédérales des états-UNIS pour discuter de cette question, ayant une valeur critique pour l’humanité », dit – il. Le service de presse du gouvernement du Canada ont indiqué que Trudeau a tenu une conversation téléphonique avec Trump et « personnellement, lui a exprimé sa déception face à cette décision ».

Trahison

Le président de la Bolivie Evo Morales a appelé la sortie des états-UNIS de l’accord sur le climat, la trahison par rapport à la planète.

Vivimos en un mundo en el que EEUU se ha convertido en una amenaza contra la paz, la Madre Tierra y el multilateralismo.

— Evo Morales Ayma (@evoespueblo) le 1er juin 2017,

« La sortie de Paris de l’accord est une trahison envers la Terre-Mère, qui est une maison commune pour l’ensemble de la vie et de l’humanité », écrit – il dans son Twitter.

De l’avis de Morales, le non-respect des dispositions de l’accord signifie le refus « de la vie pour les générations futures. » « Le capitalisme est le pire ennemi de l’humanité », a ajouté le président.

Cardinale erreur

Le chef de la diplomatie des pays-bas Bert Кундерс a appelé la sortie des états-UNIS de Paris de l’accord cardinal erreur.

« Je regrette que les etats-UNIS sont allés à cette étape, a déclaré le ministre dans un communiqué. – C’est le cardinal de l’erreur, ce qui aura un effet négatif sur les citoyens du monde entier, notamment aux états-UNIS ».

« En particulier à New York et de l’ONU pour de nombreuses personnes ayant participé à la négociation sur plusieurs années afin de développer un bon et opérationnel d’accord, c’est devenu la gifle, dit-il. – Et je ne vois pas le désir des états-UNIS de renouveler le contrat ».

« Mais j’espère que les états-UNIS ne seront pas s’isoler encore plus sur cette question, a ajouté Кундерс. – Le passage à des sources d’énergie renouvelables doit se poursuivre, et les pays-bas continueront à travailler sur cette question avec le reste du monde. Heureusement, il est configuré et beaucoup aux etats-UNIS ».
« Les pays-bas maintiennent leur engagement à respecter les dispositions de l’accord sur la lutte contre le changement climatique, et en cela nous ne sommes pas seuls, a assuré le chef de la diplomatie des pays-bas. – Le changement, qui a été lancé à Paris en 2015, n’est pas l’arrêter. Oui, sans la participation des états-UNIS d’atteindre les objectifs de l’accord de Paris sera difficile. Mais pas impossible ».

La Position Du Royaume-Uni

Le premier ministre Britannique, Theresa May, a déclaré à propos de l’engagement à la Parisien accord sur le climat, et a exprimé la déception de sortie des états-UNIS.

« Le président de la Trump a téléphoné au premier ministre ce soir, afin de discuter de sa décision sur le retrait des états-UNIS de Paris de l’accord. Le premier ministre a exprimé sa déception face à cette décision et a souligné que le Royaume-uni reste attachée Parisien accord, comme elle exposait récemment lors du sommet du G7 », – a informé l’employé de la chancellerie à Downing street.

« Accord de paris fournit fidèle d’un système mondial de protection de la prospérité et de la sécurité des générations futures, tout en préservant abordable et sûre de l’énergie pour nos citoyens et des entreprises commerciales », a déclaré Mei.

Comme l’ont souligné à Downing street, Trump, dans une conversation avec le premier ministre britannique « très clairement, que la porte reste ouverte pour l’avenir de la participation des états-UNIS dans cet accord ». Il a été noté que les dirigeants des deux pays ont atteint un accord sur la nécessité de « poursuivre la coopération sur un large éventail de problèmes liés à l’énergie ».

Sans les etats-UNIS

Le ministre de l’énergie et de la protection de l’environnement australien Josh Фрайденберг a noté que l’accord de Paris sur le climat « n’a pas perdu sa valeur » après le retrait des états-UNIS.

« Sur la part Des états-Unis, certainement, se produisent d’importants volumes d’émissions de gaz à effet de serre, – a déclaré le ministre australien dans une interview à la société de télévision ABC. – Cependant, l’accord de Paris a signé plus de 190 pays, et de 146 pays ont ratifié les plus un temps record. Par conséquent, il conserve toujours sa valeur, car même en tenant compte de la suppression des états-UNIS s’étend sur environ 70% des émissions de gaz à effet de serre ».

Фрайденберг a également confirmé l’engagement de l’Australie pris en charge dans le cadre de cet accord, les engagements. « L’australie a annoncé son intention d’ici 2030, d’apporter les émissions de gaz à effet de serre à un niveau qui sera de 26 à 28% en dessous du niveau de 2005 », – a rappelé le ministre. « Nous considérons que ces obligations raisonnables et réalisables, nous les exécuterons », a – t-il.

Le problème pour tout le monde

Le japon estime regrettable de sortie des états-UNIS à partir de l’accord de Paris sur le climat, mais continuera à travailler avec d’autres pays afin de respecter obtenus dans le cadre de la lui arrangements. Sur cela dit dans un communiqué, le ministère japonais des affaires étrangères.

« Les changements climatiques sont un problème mondial. Le japon estime que maintenant il est extrêmement important pour les pays industrialisés de démontrer leur leadership et n’a cessé de suivre le Parisien accord. Le japon comptait sur l’interaction avec les états-UNIS dans le cadre de ce contrat, et il est regrettable que l’administration du président (Donald) Trump a décidé de s’en sortir », – dit dans le message.

« Les etats-UNIS restent maintenant le deuxième pays au monde en termes d’émissions de gaz à effet de serre, mais c’est aussi un pays qui a créé une variété de technologies de pointe et a pris des mesures dans le domaine de l’environnement. Le japon espère continuer de coopérer avec les états-UNIS pour résoudre les problèmes climatiques », – a noté à ce sujet.

Une menace globale

Les autorités de l’Argentine regrettent de sortie des états-UNIS de Paris) de l’accord sur le climat, et réaffirment leur attachement aux accords conclus. Sur cela dit dans le communiqué du ministère des affaires étrangères et des affaires religieuses de la république sud-américaine.

« Le gouvernement argentin regrette profondément la décision des états-UNIS de sortir de Paris de l’accord. Cette décision aura une incidence non seulement sur l’efficacité de cet accord comme un outil d’opposition globale à la menace du changement climatique, mais aussi sur l’esprit de solidarité et de coopération, qui ont montré des parties de la convention-Cadre des NATIONS unies sur les changements climatiques au cours des négociations », – dit dans le message.

Il souligne également que l’Argentine « réaffirme son engagement Parisien accord et continuera de prendre une part active dans la préparation de la 23e conférence des parties à la convention-Cadre des NATIONS unies, afin de parvenir à y faire des progrès concrets dans l’application du traité. MAE a également souligné que Buenos Aires continuera à travailler sur « la réduction de gaz à effet de serre ».

N’est pas une surprise

Le premier ministre australien Malcolm Turnbull a déclaré que la décision des états-UNIS de sortir de l’accord n’est pas une surprise, mais décevant.

« L’annonce du président des états-UNIS (à propos de la sortie de Paris) de l’accord sur le climat) n’est pas une surprise, car la promesse de le faire a été un thème central dans son l’an dernier, la campagne électorale, a déclaré le premier ministre australien. – Mais c’est une décision qui suscite de la frustration, nous préférons, pour les Etats-Unis restent un pays membre de l’accord ».

Suivre les principes de

MAE le Pérou s’est inquiété de la sortie AMÉRICAINE de Paris) de l’accord sur le climat.

« Le gouvernement du Pérou, avec l’inquiétude et la déception prend le message du gouvernement des états-UNIS sur денонсировании de Paris à un accord sur le climat. Le gouvernement du Pérou réaffirme son ferme décision de suivre les principes de Paris à un accord au cours de son exécution, en se concentrant sur la nécessité de réduire les émissions de gaz à effet de serre », souligne le message.

Auprès de l’office rappelé que l’accord de Paris est historique et a été prise à l’issue de la conférence « COP21 en décembre 2015 et ratifié par 147 pays, dont le Pérou, qui a été le premier pays d’Amérique Latine à avoir ratifié ce document. Son adoption, selon l’information du MAE de Pérou, « est le résultat de complexes et de négociations multilatérales, dont le leadership a pris le Pérou lors de la conférence « COP20 à Lima, quand on a jeté les bases d’un futur accord ».

La colombie regrette

La décision du président AMÉRICAIN Donald Trump sur la sortie de son pays de de Paris à un accord sur le climat, la cause de la Colombie regret. Sur ce, a déclaré vendredi le président de la république, Juan Manuel Santos.

« Je suis au nom de tous les colombiens exprime le regret de la décision du président des états-UNIS à propos de la sortie de Paris de l’accord. Nous, les colombiens, nous allons continuer à suivre leurs engagements (selon les termes de l’accord de Paris – env. TASS) », a déclaré le président de Santos, en soulignant que « la préservation de l’environnement a toujours été et sera une priorité pour le pays ». « La colombie est l’une des personnes les plus vulnérables des pays en matière de changement climatique: le phénomène El Niño a nous l’année dernière beaucoup de dommages », a – t-il ajouté.

Le ministre de l’environnement et du développement durable de la Colombie Louis Gilberto Murillo a attiré l’attention que la décision des autorités américaines renforce la vulnérabilité de la Colombie face au changement climatique mondial. « L’accord de paris est l’une des plus grandes réalisations dans le domaine des négociations internationales, puisque pour la première fois dans l’histoire a été conclu un accord juridiquement contraignant, qui lui a permis de combiner les efforts pour résoudre les problèmes liés au changement climatique. La colombie regrette la sortie de ce traité, les états-UNIS – le deuxième pays au monde par le volume des émissions de gaz à effet de serre. Cela augmente la vulnérabilité de notre territoire (par rapport aux conséquences du changement climatique – env. TASS) », – a noté le ministre.

Selon lui, en Colombie, le changement climatique a entraîné de nombreuses victimes parmi la population et a causé d’important dégâts économiques. « À titre d’exemple, je citerai la récente tragédie Мокоа (département de Putumayo) et Manizales (département de Caldas). Un glissement de terrain en Мокоа a conduit à la mort de 332 personnes et ont causé des dommages d’environ 7600 familles. À Manizales, en raison des glissements de terrain ont tué 17 personnes et environ 100 familles ont subi des pertes », – a informé le fonctionnaire.