la Belgique

Formation initiale des enseignants: le Conseil d’État tacle le projet Marcourt

Le Conseil d’Etat a recalé l’avant-projet de décret relatif à la formation initiale des enseignants porté par le ministre de l’Enseignement supérieur Jean-Claude Marcourt, relève mardi Le Soir.

Dans l’avis que le quotidien a consulté, la haute juridiction épingle les collaborations entre universités et hautes écoles que le texte impose, qui peuvent porter atteinte à la liberté d’enseignement ou à la liberté d’association.

Le financement des hautes écoles et des universités participantes pose également question, selon le Conseil d’Etat, parce qu’il avantage les signataires d’un accord de codiplomation (lorsque le diplôme comporte les cachets des deux institutions, avec minimum 15% du programme dans chaque établissement). « Ce n’est pas possible pour tous les établissements », invoque la juridiction.

Par ailleurs, le test de français que tous les futurs profs devront passer et la formation de cinq crédits qu’ils devront suivre en cas d’échec dérogent à la règle des 60 crédits maximum prévus par le décret « paysage ».

Enfin, le Conseil d’Etat n’est pas tendre avec la forme de l’avant-projet de décret et pointe un manque « d’intelligibilité ».