la Belgique

Invité de jeudi en prime André Flahaut (PS) : « Le marché des F-16 est désormais plombé »

 

André Flahaut, socialiste depuis toujours, reconnaissable à sa moustache légendaire, est depuis 2014 le ministre francophone du Budget, de la fonction publique et de la simplification administrative au gouvernement de la fédération Wallonie-Bruxelles. Avant cela, c’était la casquette de président de la Chambre des représentants qu’il portait sans oublier son poste de Ministre au fédéral sous les gouvernements Dehaene II, Verhofstadt I et Verhofstadt II. C’était une première pour lui, être l’invité de Jeudi en Prime. François de Brigode et Johanne Montay le recevaient.

Le dossier des F-16

Le dossier du renouvellement des F-16 décidé par le gouvernement fédéral coince suite à plusieurs révélations. Pour André Flahaut, ancien ministre de la Défense de 1999 à 2007 après l’affaire Agusta Dassault, on avait transformé la défense pour avoir plus de transparence. Selon lui, ces successeurs à la Défense ont cloisonné à nouveau les différences forces.  « La volonté depuis le début de ce gouvernement est de privilégier le F-35″ et il ajoute  » Des informations ont effectivement été retenues dans le dossier des F-16″.

A ce propos André Flahaut avait déjà exprimé son opinion: « Si il y a eu rétentions d’informations, des plaintes doivent être déposées au niveau judiciaire, car c’est inadmissible de la part de militaires de cacher des informations.(…) C’est un insulte au parlement » Demain un audit donnera sans doute un éclairage des faits, mais désormais « le marché est plombé » explique André Flahaut.

« Si j’étais ministre de la Défense je demanderai une enquête sur les généraux qui ont caché des informations. Le politique a perdu la mains dans ce dossier. » Selon lui, il faut reconstituer les équipes et reprendre les dossiers, mais surtout intégrer les nouveaux éléments qui sont aujourd’hui sur le plateau, à savoir la proposition française de partenariat européen qui est certainement plus intéressante qu’une opération économique et commerciale du F-35 ou de l’Eurofighter.

L’actualité internationale : la Syrie

L’escalade de violence en Syrie et les récents propos de Donald Trump mettent une nouvelle fois sur la table la possibilité de frappes internationales contre le régime syrien. Si l’attaque chimique est confirmée, certains parlent de ligne rouge franchie. Pour André Flahaut :  » Nous vivons une situation comme nous l’avons vécue en 2003.  » A l’époque, le gouvernement belge avait refusé sur son territoire tout transit de convois militaires américains si les Etats-Unis déclenchaient un conflit en Irak sans l’accord des Nations Unies, en ce compris le survol de notre espace aérien par des avions militaires américains.  » Nous n’avions pas suivi les Etats-Unis dans cette guerre . » En ce qui concerne la Syrie, il affirme : » Il ne faut pas suivre Donald Trump car il nous emmènera dans une guerre dont on ne connait pas les résultats. Il faut laisser le travail à la diplomatie. Au niveau de l’ONU,  il faut rechercher une solution, et il faut laisser le temps nécessaire pour que les inspecteurs envoyés sur place en Syrie fassent leur boulot  » et il ajoute  » Il faut des preuves d’une attaque chimique,  il faut une résolution de l’ONU et ensuite il faut un débat au parlement belge pour prendre une réelle décision »

Lutter contre le burn-out des travailleurs âgés 

Le ministre socialiste a évoqué les mesures prises par la ministre des Affaires sociales et de la Santé publique Maggie De Block (Open Vld) notamment celle qui concerne les mutualités du pays. Rappelons que la ministre a signalé il y a quelques jours aux mutualités qu’elles seront désormais incitées, financièrement, à pousser les malades de longue durée sur la voie de la réintégration du monde du travail. « Ces mesures pénalisent les malades » dit André Flahaut.

Enfin le ministre francophone du Budget, de la fonction publique et de la simplification administrative au gouvernement de la fédération Wallonie-Bruxelles âgé de 63 ans a fait savoir qu’il ne s’arrêterait pas à 65 ans, et cela même si son parti souhaite le retour de la pension à 65 ans. 

André Flahaut a évoqué pour terminer la ville de Mons et le retrait de la tête de liste aux communales, Elio Di Rupo (PS),  en faveur de Nicolas Martin (PS). « Elio Di Rupo a décidé de se consacrer à autre chose dans le parti et laisse à Nicolas Martin le destin de Mons. J’espère qu’ils vont renforcer leur majorité et que les farfelus du système n’apparaîtront pas ». A la question qui ? Il répondra :  » Georges-Louis Bouchez »