Politique

J-C Juncker: « Les citoyens aiment l’Europe mais ils ne savent pas pourquoi » « 

Jean-Claude Juncker est l’invité de La Semaine de l’Europe ce soir sur La Première. Le président de la Commission européenne revient sur les trois premières années de son mandat, qu’il a lui-même qualifié de « Commission de la dernière chance » pour sauver l’Europe. 

Méfiance des citoyens européens ? 

Lors de son premier discours pour présenter les orientations politiques de sa commission devant le Parlement européen, Jean-Claude Juncker considérait que sa première mission était de reconstruire des ponts en Europe, de restaurer la confiance des citoyens européens.

Trois ans plus tard, le président tire un premier bilan : « Les citoyens européens aiment l’Europe mais ils ne savent pas pourquoi il l’aime. C’est comme ça en matière d’amour…On ne sait jamais vraiment pourquoi on aime quelqu’un. Toute ma vie, et surtout depuis que je suis à la tête de la Commission, j’ai essayé de redonner de la vigueur à d’autres ambitions européennes comme l’Europe social, avec l’adoption d’un socle des droits sociaux. J’ai attiré, avant d’autres, l’attention des parlementaires sur l’imminence de la crise migratoire en 2014. Nous avons aussi réussi depuis le 1er janvier 2015 à créer 9 millions d’emplois en Europe. Ce n’était pas la Commission mais elle a fixé un cadre. »

Glyphosate : « la Commission n’a pas pris la décision. Ce sont les Etats membres. »

Aiguillée par la Commission européenne, une majorité des 28 Etats membres de l’Union européenne a décidé de prolonger de cinq ans la licence d’exploitation du glyphosate. Une décision qui pourrait attirer les foudres de l’opinion publique. Le président insiste sur le fait que sont bien les Etats membres qui ont pris cette décision et non l’exécutif européen. 

« C’est un dossier qui m’a beaucoup occupé. Je ne suis pas un scientifique et donc moi, je n’arrive pas à démêler entre les différents avis qui nous sont adressés la vérité scientifique. Mais, j’ai noté qu’il y a une majorité d’Etats membres qui voulaient continuer à utiliser le glyphosate », précise-t-il. 

Le Cas Catalan 

On reproche souvent au président de la Commission européenne de rester dans sa tour d’ivoire, d’être silencieux lors des crises graves, notamment lors de la crise catalane. Jean-Claude Juncker refuse cette caricature : « S’imaginer que le président de la Commission serait confortablement installé au treizième étage du Berlaymont dans une tour d’ivoire, c’est méconnaître la réalité des choses (…) Je voudrais qu’un véritable dialogue s’instaure entre le pouvoir central et Barcelone. Nous pouvons être un médiateur si les partis concernés nous demandent de l’être. Il n’y a rien dans le traité qui nous permettrait de s’imposer. C’est une question interne à l’Espagne. » 

Enveloppe budgétaire 2021-2028 

2018, c’est l’année où vont s’ouvrir les discussions sur l’enveloppe budgétaire en Europe pour la période 2021-2028. Elles permettront de définir les montants qui seront alloués aux politiques européennes pour cette période. Certains avancent que ce budget pourrait être un levier permettant à des pays comme la Pologne d’intégrer plus facilement la notion de solidarité européenne.

Pour Jean-Claude Juncker, des sanctions budgétaires ne sont pas une solution:  » Je ne voudrais pas, en tant que président européen de la Commission, commencer un débat en menaçant les uns et les autres. Moi, je crois que le recours à des sanctions budgétaires à l’égard des pays récalcitrants n’est pas à priori une bonne mesure. Et pour le reste, il faut voir que le budget européen est presque insignifiant. C’est 1% du PIB européen. Les citoyens ont l’impression de financer d’une façon exagérée les politiques européennes. Le budget européen coûte une tasse de café par jour à chaque citoyen. »

 

Découvrez l’intégralité de l’interview de Jean-Claude Juncker ce vendredi soir de 19h10 et 20h00 dans La Semaine de l’Europe sur La Première ou en rediffusion sur RTBF Auvio

Toute l’actualité européenne avec Euranet Plus, le premier réseau d’information européenne.