la Belgique

Jérusalem: la décision de Trump « va à l’encontre du droit international » juge Didier Reynders

Le président américain Donald Trump a reconnu mercredi Jérusalem comme capitale d’Israël. Interrogé dans Matin Première, le ministre des Affaires étrangères Didier Reynders (MR) juge « regrettable » cette décision. « Une décision à l’égard d’une capitale d’Israël, ou de la Palestine, doit dépendre d’une négociation entre Israéliens et Palestiniens ». La décision annoncée par Donald Trump « va à l’encontre du droit international » selon lui.

« Il y a un énorme risque d’embrasement de la région, de violence » met-il en garde. « Il faut maintenant aller vers un dialogue et ne pas prendre de décision unilatérale comme cela a été le cas mercredi. L’Union européenne doit maintenant prendre une part plus importante dans tout dialogue. On peut condamner, regretter, mais maintenant il faut surtout jouer un rôle plus actif » poursuit Didier Reynders.

« L’Europe peut vraiment avoir un rôle de médiation »

Lundi, les ministres des Affaires étrangères de l’Union européenne rencontreront le Premier ministre israélien: « Nous lui demanderons qu’il y ait effectivement un dialogue entre les deux parties, que l’on puisse aller vers une solution a deux Etats. On sait quels sont les débats qu’il faut mener sur les frontières, sur la sécurité, sur Jérusalem. Jérusalem-Est est un des enjeux majeurs et une des difficultés. Mais il faut d’abord demander au Premier ministre israélien d’arrêter lui aussi les actes unilatéraux qui vont à l’encontre de la structure de deux Etats: la colonisation » notamment, explique Didier Reynders.

« Nous allons essayer de renouer les fils parce que l’Union européenne est le premier partenaire commercial d’Israël et est le premier contributeur au financement de l’Autorité palestinienne. On peut travailler avec les deux, on peut vraiment avoir un rôle de médiation, peut-être plus important que d’autres partenaires » selon Didier Reynders.