Sports

Jérusalem: trois choses à savoir pour comprendre la crise

 

Vue de la Vieille ville de Jérusalem, avec le Dôme du Rocher et le Mur des lamentations (aussi appelé Mur occidental), le 5 décembre 2017. –
Thomas Coex – AFP

En reconnaissant Jérusalem comme la capitale d’Israël, Donald Trump a ravivé les tensions autour d’une ville de près de 900.000 habitants où se côtoient plusieurs peuples et religions. 

Le président américain a annoncé ce mercredi soir qu’il considérait Jérusalem comme la capitale d’Israël. La décision a suscité d’importantes réactions, à la fois des dirigeants des pays voisins comme du reste de la scène internationale. Voici quelques aspects de la ville et de ses près de 900.000 habitants, dont 300.000 Palestiniens.

  • Quel est le statut de Jérusalem? 

Israël a pris le contrôle de la partie orientale de Jérusalem aux dépens de la Jordanie pendant la guerre de 1967 et l’a ensuite annexée. La communauté internationale n’a jamais reconnu cette annexion et les ambassades sont installées à Tel-Aviv, mais Israël a déclaré que la ville était sa capitale « indivisible ».

De leur côté, les Palestiniens voient Jérusalem-Est comme la capitale de leur futur Etat. La Vieille ville, située à Jérusalem-Est, abrite des sites sacrés du judaïsme, du christianisme et de l’islam.

  • Une population divisée 

La population de Jérusalem est divisée entre Israéliens et Palestiniens, ainsi qu’au sein de la population juive entre un tiers se définissant comme ultra-orthodoxes, un tiers comme simplement religieux et un dernier tiers comme laïcs.

Les Palestiniens de Jérusalem ont un statut de résidents permanents qui leur donne accès aux services israéliens. Ils ne peuvent voter aux élections nationales israéliennes mais le peuvent aux municipales, ce que fait une infime minorité.

Les ONG les soutenant dénoncent constamment l’inégalité -aux dépens de la partie orientale de la ville- des moyens alloués aux services publics, dans les domaines de l’éducation, de l’entretien des rues ou encore du ramassage des poubelles.

En dehors des périodes de tensions, juifs et Palestiniens vivent côte à côte, interagissant dans le domaine professionnel comme les hôpitaux mais guère au-delà en dehors de rares espaces de coexistence, par exemple l’école bilingue hébreu-arabe « main dans la main ».

  • Pourquoi la décision de Trump est-elle importante? 

En reconnaissant Jérusalem comme la capitale d’Israël, Donald Trump tient l’une de ses promesses de campagne et suit le Jerusalem Embassy Act, adopté en 1995, qui appelle à un déménagement de l’ambassade américaine depuis Tel-Aviv. Ce faisant, le président américain a ravivé les tensions autour d’une ville au coeur du conflit israélo-palestinien. 

Le président palestinien Mahmoud Abbas a dénoncé des choix « déplorables », jugeant que Washington ne pouvait plus jouer son rôle historique de médiateur de paix avec les Israéliens. Le mouvement islamiste palestinien Hamas a de son côté jugé que cette annonce ouvrait « les portes de l’enfer » pour les intérêts américains dans la région.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, à la tête du gouvernement considéré comme le plus à droite de l’histoire d’Israël, a salué un jour « historique » réaffirmant par ailleurs l’engagement israélien à maintenir le « statu quo » sur les lieux saints à Jérusalem.