Politique

La douma d’etat a introduit des amendes pour les moteurs de recherche pour la délivrance des liens sur des sites interdits

MOSCOU, le 12 octobre. /TASS/. La douma d’tat de la réunion de jeudi a adopté en première lecture un projet de loi prévoyant des amendes jusqu’à 700 mille roubles pour les opérateurs de moteurs de recherche internet-systèmes pour la délivrance des liens vers des sites dont l’accès sur le territoire de la fédération de RUSSIE est limitée. Les auteurs de l’initiative étaient des députés Maxime Kudryavtsev (« Russie Unie »), Nicolas Рыжак (Russie Juste) et Alexandre Iouchtchenko (parti COMMUNISTE).

Voir aussi

Le comité de la Douma d’etat a soutenu les amendes pour les moteurs de recherche pour la délivrance des liens sur des sites interdits

Dans la Douma d’tat le projet de loi sur l’interdiction de la technologie pour afficher des sites bloqués

« Yandex »: l’obligation de supprimer des liens sur des ressources à partir de la question de recherche redondante

« L’inexécution par l’opérateur du système de recherche de responsabilités sur l’arrêt sur le territoire de la fédération de RUSSIE de la délivrance par les demandes des utilisateurs de moteurs de recherche de liens à des ressources d’information, y compris les sites web et (ou) de la page, inclus dans la liste des informations sur les ressources d’information, dont l’accès sur le territoire de la fédération de RUSSIE est limité, la « menace d’une amende pour les citoyens de plus de 5 mille roubles, pour les fonctionnaires – de 50 mille roubles pour les personnes morales – de 500 à 700 mille roubles », – dit dans le texte du projet de loi. Similaires des sanctions seront appliquées à l’inexécution par l’opérateur du système de recherche, les responsabilités de l’accès au système d’information de Roskomnadzor, contenant la liste des informations sur des sites dont l’accès sur le territoire de la fédération de RUSSIE est limitée.

Approuvé en première lecture des amendements au Code des infractions administratives sont associés à резонансному la loi sur анонимайзерах, adoptée à la fin de la session de printemps de la Douma d’etat. Ce document est interdit aux propriétaires de l’information-réseaux de télécommunication et les ressources d’information, assurant l’accès à l’interdit de la fédération de RUSSIE des sites, la possibilité de les voir.

La loi sur анонимайзерах

La loi sur анонимайзерах prévoit que Roskomnadzor va créer et de tenir un public fédéral système d’information (ФГИС) contenant une liste noire illicites de ressources. Sur demande de forces de l’ordre, l’office déterminera le fournisseur d’accès qui permet le positionnement en ligne des logiciels et du matériel d’accès à ces ressources d’information. Un tel fournisseur sera envoyé une notification électronique en anglais et en russe sur la nécessité de fournir des données permettant d’identifier le propriétaire de anonymisation. Dans un délai de trois jours ouvrables, le fournisseur sera tenu d’envoyer les données pertinentes.

Ensuite, Roskomnadzor guidera анонимайзеру de la nécessité de se connecter à ФГИС, et le partage doit se faire au bout de 30 jours. À la demande des autorités de se connecter à ФГИС seront tenus également les moteurs de recherche internet, travaillant en RUSSIE.

Après l’entrée en ФГИС anonymizer dans un délai de trois jours doit « assurer le respect de l’interdiction de fournir la possibilité de l’utilisation sur le territoire de la fédération de RUSSIE » les programmes et autres техсредств pour obtenir l’accès à des sites non autorisés, et le moteur de recherche – mettre fin aux liens. En cas d’inexécution de l’exigence Roskomnadzor va bloquer les proxies anonymes.

Ces normes ne s’appliquent pas aux opérateurs publics, des systèmes d’information, les autorités publiques et les autorités locales, ainsi que sur les cas d’utilisation de matériels et de moyens d’accès aux ressources d’information dont l’accès est limité », à condition que le cercle des utilisateurs de leurs propriétaires d’avance, ainsi que l’utilisation est à des fins d’assurer l’activité de la personne exerçant un emploi », dit la loi.