Politique

La monarchie britannique, plus sexy que les autres?

Samedi, le monde aura les yeux rivés sur le Royaume-Uni, et pour cause : Meghan Markle et le prince Harry se marient. Depuis des semaines, les médias sont inondés d’informations. Des dizaines de journalistes sont déjà sur place pour couvrir le mariage le plus glamour de l’année et les touristes se pressent jusque-là. N’y a-t-il plus que les monarchies pour faire les foules ?

Pour le journaliste Alain Gerlache, la monarchie a quelque chose d' »aberrant ». Contraire aux valeurs de nos sociétés démocratiques en termes d’égalité et de liberté, elle reste cependant un symbole. « Ça n’a pas empêché la crise politique des 500 jours, le Brexit en Grande-Bretagne ou encore la persistance de la crise catalane en Espagne. A contrario, on ne peut pas dire non plus que c’est un système qui freine encore les évolutions sociétales », estime le journaliste.

La monarchie serait-elle devenue inutile et décorative ? Ce qui est certain c’est « qu’elle reste la dernière institution qui fait rêver » et les Britanniques semblent l’avoir bien compris.

Une communication rodée

La famille Windsor s’est pratiquement érigée comme une marque. Créée au moment de la Première Guerre mondiale, la famille royale s’appelait, à l’origne Saxe-Cobourg, comme d’autres, avant de changer leur nom qu’ils trouvaient trop allemand. Une vieille tradition, mais reste que les Windsor ont bien compris « que le pouvoir s’obtenait par la légitimité que donne la communication ».

Pour François Gemenne, professeur à l’ULg, la monarchie britannique est une exception. « Je ne suis honnêtement pas sûr que la monarchie néerlandaise ou espagnole ou même belge fasse encore beaucoup rêver le public. Il me semble qu’il y a quand même une particularité de la monarchie britannique et de la marque qu’elle a su créer. »

Il serait impossible de citer tous les enfants du roi Philippe alors que les scandales du prince Harry sont connus de tous. Finalement, il serait surtout question de stratégie communicationnelle que le Royaume-Uni maitrise à merveille et les tabloïds britanniques y sont pour beaucoup. « Ce qui est donc extraordinaire dans leur communication, c’est qu’à la fois on voit le côté humain et les faiblesses et en même temps le côté mythique et renforcé lorsqu’on les aperçoit tels qu’ils sont. » It’s all about performance.