la Belgique

La patronne du Forem estime que son étiquette PS ne l’empêche pas de faire du bon boulot

Fort critiquée, ces dernières semaines, par la nouvelle majorité (et plus particulièrement le MR) au sud du pays, la patronne du Forem a eu l’occasion de se défendre ce vendredi matin sur nos antennes. 

Invitée de Matin Première, Marie-Kristine Vanbockestal assume son étiquette socialiste : « On personnalise le Forem par sa patronne qui, effectivement, est connotée PS et, effectivement, j’ai travaillé dans des cabinets, j’assume mes choix idéologiques ». Mais elle « met quiconque au défi de trouver dans mes décisions une décision qui a été impartie d’une confusion de rôle par exemple ».

Elle ne croit d’ailleurs pas qu’elle va être écartée et espère pour son évaluation « avoir en face d’elle un gouvernement qui reconnaît le travail accompli et qui pourra juger de ce travail ». 

Et de rappeler : « Le Forem est un organisme dirigé par un comité de gestion qui délègue un certain nombre de prérogatives et donc, je ne décide rien tout de seule. Que du contraire, j’ai envie de dire : ‘Donnez-moi un peu plus de liberté, d’autonomie dans la décision' ».

Deux fois plus de chômage en Wallonie, comment changer ?

Au problème du chômage, Marie-Kristine Vanbockestal rétorque qu' »il y a des choix politiques ».

Si le nouveau ministre wallon de l’Emploi, Pierre-Yves Jeholet (MR), a décidé de ne pas modifier le contrat de gestion, dit-elle, « il a pris quatre priorités avec lesquelles je suis complètement en phase ».

« Ces priorités vont probablement, et je l’espère, changer la donne. Surtout, ce qui est remarquable, et qu’il faut reconnaître, c’est que pour la première fois ces priorités vont être évaluées avec des indicateurs d’impact. Un impact, c’est quelle est l’influence du Forem sur le marché de l’emploi. Jusqu’ici nous avions des indicateurs de réalisation ou de résultat. C’est un véritable challenge ! », précise la patronne du Forem.

« Ne pas accepter passivement une diminution budgétaire, c’est être bon gestionnaire »

Pour tenter d’attirer davantage de demandeurs d’emploi vers les métiers en pénurie, Marie-Kristine Vanbockestal a proposé d’augmenté l’indemnité de ceux qui en feraient le choix (l’indemnité passerait ainsi d’un euro de l’heure à 1,50 euros ou 1,80 euro par heure).

L’annonce a fait bondir le ministre de l’Emploi. La patronne du Forem affirme que ce sont les patrons qui sont à l’origine de cette proposition.

« Ce ne sont pas des moyens de fonctionnement. Ce sont des moyens pour répondre à un objectif qui tente à mieux faire fonctionner le marché de l’emploi », précise-t-elle.

Et d’ajouter : « Je trouve que c’est être bon gestionnaire que de ne pas accepter comme ça passivement une diminution budgétaire et d’alerter ceux qui vous octroie le budget sur les conséquences possibles d’une diminution budgétaire ».

Kristine Vanbockestal rappelle, par ailleurs, que « le Forem forme à 36 sur 47 métiers en pénurie. Les autres, ce n’est pas au Forem que l’on va trouver. Ce sont des métiers de médecin, par exemple, ou de pharmacien ».