Economie

La stratégie de L’UWE pour créer de la richesse

L’UWE, l’Union Wallonne des Entreprises, vient de présenter au Gouvernement wallon une série de propositions à activer pendant les 18 mois qui nous séparent encore de la prochaine législature régionale. Les patrons wallons suggèrent à la nouvelle équipe qu’en suivant leurs recettes, il est possible d’implémenter un changement de cap profitable à la Wallonie.

Prendre le train ou rester en gare
Olivier de Wasseige, le nouvel Administrateur de l’UWE, n’y va pas par quatre chemins. « Soit on prend le train de la croissance, soit on se partage la pauvreté », dit-il. La pauvreté, il la voit dans le rang qu’occupe le Produit Intérieur Brut wallon dans l’espace européen, à 80% seulement de la moyenne de l’Union.

Stratégie à court et moyen termes
Pour faire bouger les lignes, il faut, dit-il, développer une vision stratégique en visant l’horizon 2025-2030. Mais dans l’immédiat, on peut déjà appliquer une 20aine de mesures qui touchent à la formation, aux technologies numériques, à l’énergie, la mobilité et la croissance des entreprises.

Quelles pistes?
Et donc: priorité aux vues de l’UWE sur l’organisation du Forem, mise en œuvre rapide des 4 zones franches délimitées en Wallonie, réduction de la fiscalité sur les investissements, diminution du coût de l’énergie électrique. Les entreprises wallonnes plaident en faveur d’un plan de financement pour réhabiliter des friches industrielles, rêvent d’un coup d’accélérateur pour équiper les zonings et les écoles en équipements numériques.
Elles souhaitent redéfinir le rôle des pôles de compétitivité du Plan Marshall. Elles aspirent à une solution pour lutter contre la concurrence, selon l’UWE, déloyale entre les structures publiques et subsidiées (notamment les universités) et les firmes privées, plaident pour le soutien aux carburants alternatifs…

Bienveillance gouvernementale
Le plan est présenté à la majorité MR-cdH. Le ministre-Président Willy Borsus et le ministre de l’Économie et de l’Emploi, Pierre-Yves Jeholet, ont déjà eu l’occasion de le viser. Avec bienveillance, selon les patrons wallons qui disent n’avoir essuyé absolument aucun veto.
L’UWE sent que le moment est propice, qu’il peut exister une convergence fructueuse avec la sensibilité du nouveau gouvernement régional et elle pousse naturellement son avantage.

On vérifiera
Mais la séquence est forcément courte. L’Union Wallonne des Entreprises bat donc le fer tant qu’il est chaud: « Nous mesurerons régulièrement avec le Gouvernement l’implémentation des dispositions que nous avons suggérées », affirme Olivier de Wasseige. L’implémentation des mesures parce qu’il est difficile, en 18 mois, de déjà mesurer leur efficacité, explique-t-il.
Il s’agit en effet d’une feuille de route, une vision de l’avenir dont seul le temps pourra prouver la pertinence. Mais les autres initiatives n’ont pas permis de faire vraiment décoller la Région alors, conclut l’UWE, pourquoi pas essayer autre chose?