la Belgique

Le bourgmestre de Châtelet en correctionnelle pour une affaire de faux, de calomnie et de harcèlement

Daniel Vanderlick est poursuivi pour faux, calomnie et harcèlement à l’encontre du directeur de l’école de promotion sociale de la Ville.

Le maïeur n’est pas seul sur le banc des prévenus. Il y a aussi l’échevine de l’Enseignement Marie-France Toussaint, l’ancienne secrétaire communale et trois fonctionnaires.

L’affaire débute en 2008. Marc Meurice, le directeur de l’école de promotion sociale, qui dépend de la commune de Châtelet, est accusé de détournement de subsides par le biais de fausses inscriptions d’élèves. Il est alors écarté.

Depuis, l’homme a été totalement blanchi mais, estimant être victime d’une cabale, il s’est retourné contre ses détracteurs et a porté plainte à son tour. Les prévenus nient les faits qui leur sont reprochés. Il est donc question de calomnie, de harcèlement moral mais aussi de faux : deux procès-verbaux du collège communal relatifs à la procédure de suspension du directeur d’école ont été signés avec la mention « à l’unanimité ». Or, certains échevins étaient contre.

Devant le tribunal, les prévenus ont reconnu que le terme « unanimité » n’était pas adéquat mais que cela ne changeait pas grand-chose puisque de toute façon, le PS a la majorité absolue à Châtelet et que le collège ne votait pas mais fonctionnait en fait sur base du consensus.

Prochaine audience le 13 décembre.