Politique

Le directeur gnral de « Artek », a déclaré que les enfants d’Assad ont vécu dans le centre de pair avec tous les

MOSCOU, le 15 avril. /TASS/. Le guide International de l’enfance centre « Artek » n’a pas été prévenus à l’avance de l’arrivée des enfants du président Syrien Bachar al-Assad, mais même après cela il s’est avéré, le gars a vécu dans les mêmes conditions que tous les autres. Ce sujet TASS a rapporté dimanche le directeur général du centre Alexis Каспржак.

Comme dit précédemment déclaré le député de la Douma d’etat Dmitri Саблин à l’issue de la réunion de la délégation russe à Assad, les enfants du leader syrien, l’année dernière, en vacances dans « Artek », après quoi « mieux comprendre la Russie ».

« Bien sûr, nous savions [qui ces gars-là], mais rien de spécial pour eux ne se faisait pas de vie, comme de simples enfants. Et en fait, nous avons de repos à un grand nombre d’enfants de différentes personnes, qui, comme on le croit généralement devrait être une attitude particulière, mais nous n’en avons pas. Dans « Artek » ces enfants reçoivent nécessaire de l’expérience sociale », – a déclaré Каспржак.

Il a précisé que les trois enfants le président syrien ont été dans les différents groupes en fonction de l’âge et de problèmes dans la communication, liées à leur statut social, n’apparaissait pas. « Je pense que l’autre gars est bien tous compris – quand ils sont dans les réseaux sociaux exposent des photos, il est difficile de se tromper. Les enfants de l’autre pensent a une autre manière de penser, ils sont mieux que nous. Le seul problème [avant l’arrivée des gars de la Syrie] a été de trouver des guides qui parlent arabe, mais ils [les enfants d’Assad] le problème n’était pas parce qu’ils sont anglophones », a ajouté l’interlocuteur de l’agence.

Le directeur du centre a indiqué que dans un an « Artek » prend des milliers d’enfants de différents pays du monde, avec différents менталитетами et les traditions, ainsi que de diverses régions de la fédération de RUSSIE. De nombreux guides parlent anglais, et si nécessaire dans les autres langues telles que l’arabe ou le chinois aident les universités partenaires, d’affaires des étudiants, par exemple, de l’INSTITUT. N’ont pas de problèmes de commettre religieux, en particulier de la prière.

« Je ne crois pas que le « Artek » est un outil « soft » de la diplomatie. Demandez aux enfants de tous les chefs de [pays] viendront, de discuter et je pense qu’ils вразумят de leurs parents – et les américains, et les. Les enfants vivent à l’extérieur des circonstances, ils vraiment se rapportent à des personnes, sur la base de quelle est la personne, pas la fonction. Et il me semble qu’ils sont d’accord, d’autant plus qu’ils ont de vivre dans un monde où les frontières est de moins qu’aujourd’hui; qu’ils apprennent à négocier dans l’enfance », a – t-il ajouté.

Sur « Artek »

Каспржак a également révélé que, en 2018 dans le centre de re-viendront les gars de la Syrie – premier changement de leur participation aura lieu en juillet, à partir de ce pays seront de 20 personnes. Le statut social des enfants fréquentant « Artek », très différent – dans la république de la délégation de l’égalité avec les enfants du président ont été et le gars de modestes villages.

« Il y avait un garçon, et vu que lui tout le village rassemblé l’argent sur les billets pour le vol assez cher. La seule chose que chez nous, les enfants portent, c’est chaussures, et chez le garçon, elle a été très modeste, bien que le pape обувщик », – a cité l’exemple de l’interlocuteur de l’agence.

Précédemment rapporté que en 2016 dans le « Artek » visité  » un enfant de la Syrie, en 2017 – 44. Les enfants syriens se reposent dans le centre, en vertu de permis, qui se démarquent russe militaire et patriotique des organisations.

International, un centre pour enfants « Artek » – dans le passé le plus célèbre camp de pionniers de l’URSS. Actuellement, c’est l’ensemble des neuf camps d’enfants (plus de 300 bâtiments et installations). « Artek » occupe plus de 200 hectares, et son littoral s’étend sur plus de 7 km En 2017, le centre a environ 39 milliers d’enfants, il est prévu de prendre 40 mille