Culture

Le Japon s’est ouvert le festival soviétique et du cinéma russe

TOKYO, le 10 juillet. /TASS/. Plus de 20 films différents peuvent voir les visiteurs du festival soviétique et du cinéma russe, qui s’est ouvert mardi dans la capitale japonaise. L’inspection se déroule dans le cadre de l’Année croisée de la culture de la Russie et du Japon, ont annoncé les organisateurs.

« De tous les temps, au cours de longues décennies d’existence de l’soviéto-japonais, russo-japonaises de relations de communication dans le domaine de la culture et en particulier dans le domaine de l’art, le cinéma est toujours ce qui les unissait, nos peuples ont toujours été capitale faveur de l’intérêt mutuel. Donc sincèrement, je suis heureux de constater que, dans les prochains jours, nos amis japonais pourront entrer en contact avec de beaux films réalisés par nos éminents réalisateurs », – a déclaré lors de la cérémonie d’ouverture de l’ambassadeur de la fédération de RUSSIE au Japon Michael Галузин.

Réalisé par Alexis le Professeur à son tour, a noté que, selon lui, « à travers le cinéma, qui a joué très longtemps, il devient clair quel est l’état interne de la russie et de l’homme soviétique, et cela conduira à une meilleure compréhension entre les peuples de la Russie et le Japon ».

Le jour de l’ouverture aux téléspectateurs montrent l’image par le réalisateur et le directeur général de « Mosfilm » Karen Шахназарова « Anna Karénine. L’histoire de l’Autre » (2017), illustrant les événements russo-japonaise de 1904-1905 années.

Le programme du festival, qui se poursuivra jusqu’au début du mois d’août, est principalement des films de la période soviétique. Parmi eux, – « la Jeunesse de Maxime » (1934), « le Retour de Maxim » (1937) – révolutionnaire de la trilogie, « Alexandre Nevski (1938) réalisé par Sergueï Eisenstein, « la Ballade du soldat » (1959), « Cinq soirées » (1979) de Nikita Mikhalkov. Aussi les spectateurs pourront voir les plus récentes peintures, parmi lesquelles « l’Épouvantail » (1983) et « Интердевочка » (1989). Moderne, le cinéma russe en dehors de la « Anna Karénine » est représenté par le film du réalisateur Alexis Maître « Mathilde » (2017).

À l’issue de la réunion en avril 2017, le président de la fédération de RUSSIE Vladimir Poutine et le premier ministre japonais, Shinzo Abe, a annoncé qu’en 2018 aura lieu l’Année croisée de la culture de la Russie et du Japon. Dans le cadre de cet événement est prévue pour environ 120 activités dans le domaine de la politique, de l’économie et de la culture.