Culture

Le métropolite Hilarion: la situation de « Matilda » rappelle l’histoire du journal Charlie Hebdo

MOSCOU, le 14 septembre. /TASS/. Le chef du Département des relations extérieures (DREE) du patriarcat de Moscou, le métropolite Hilarion de Volokolamsk a comparé la situation avec le film « Mathilde » avec les scandales autour du magazine français Charlie Hebdo, dont le personnel est en 2015 ont été victimes de l’attentat après la publication de caricatures du prophète Mahomet.

« La situation qui entoure le film « Mathilde », malheureusement, ressemble à ce qui se déroulait il y a quelque temps autour du scandale de l’hebdomadaire français Charlie Hebdo. Alors nous avons tous essayé de mettre face à un dilemme: vous avec Charlie ou vous êtes avec les terroristes qui ont abattu les employés de la rédaction? Maintenant essayent de nous mettre en face d’un choix: soit tu soutiens « Matilda », soit tu à ceux qui appellent à brûler les cinémas », – cite les mots du prêtre le service de presse du département Synodal pour le ROC avec la société civile et des MÉDIAS.

Voir aussi


Inquiet « Mathilde »: que sait-on à propos de la situation autour du film d’Alexis Maitre

Le métropolite Hilarion a souligné qu’il est contre le retour de la censure, mais, en même temps, s’oppose à la profanation de la mémoire de la mort tragique de l’empereur Nicolas II et sa famille.

« Par exemple, je m’exprime clairement et catégoriquement contre toute incitation à la violence, toute menace à l’adresse de qui que ce soit, qu’il s’agisse d’un réalisateur, les acteurs, les crapauds, etc. J’ai aussi suis contre l’interdiction de la projection du film, contre la renaissance de la censure sur le modèle soviétique. Mais en même temps, je ne peux pas et ne veux pas devenir à côté de ceux qui ce film protège. L’anniversaire de la révolution est l’occasion de prier et поминовению ces créatures innocentes victimes, et non pas à poursuivre оплевывать leur mémoire », a – t-il noté.

Le chef du DREE a rapporté avoir vu tout le film, dans lequel, selon lui, la femme du dernier tsar russe est présenté « comme un hystérique de la sorcière ».

« J’exprime l’espoir que l’année du centenaire des événements tragiques, обернувшихся plusieurs millions de victimes pour notre peuple, il y aura des réalisateurs, des écrivains et des artistes, qui pourront rendre hommage à la mémoire de tués souverain », a conclu le métropolite Hilarion.