la Belgique

Le ministre d’État Philippe Maystadt est décédé ce jeudi

Le ministre d’État et ancien président du PSC, Philippe Maystadt, est mort ce jeudi, a appris la RTBF. Il luttait depuis des mois contre une maladie respiratoire incurable. Il avait 69 ans.

On retiendra tout d’abord de Philippe Maystadt, son côté posé, réfléchi, souriant, affable, capable de vous expliquer très simplement les mécanismes économiques ou institutionnels les plus compliqués dans les termes les plus simples.

Il a incarné, finalement presque à lui seul, la démocratie-chrétienne, la gauche du PSC.

>>> Revisionnez le « Grand Oral » de Philippe Maystadt sur la RTBF

Les années Martens-Dehaene



Entrée dans le gouvernement Martens II, 1980 – © Tous droits réservés

Député à 29 ans, ministre à 32 ans, il aura occupé les premières loges de la politique belge pendant deux décennies. Il sera également parvenu à être régulièrement désigné parmi les personnalités politiques plus populaires alors qu’il mesurait ses apparitions médiatiques.

Ministre dès 1980 dans le gouvernement Martens II puis de Mark Eyskens, il deviendra la caution de « gauche » dans les gouvernements Martens-Gol où il y sera un jeune vice-premier ministre en 1986. Philippe Maystadt enchaînera en devenant l’inamovible ministre des Finances des gouvernements en coalition avec les socialistes (gouvernement Martens et surtout Dehaene) de 1988 à 1998.

Les années Dehaene, ce sont les années de la course vers l’euro où la Belgique doit remettre ses finances sur les rails pour participer à la monnaie unique. Philippe Maystadt sera l’un des artisans de ce « Plan Global » qui doit redresser la situation financière du pays. Avec pédagogie, il tentera justifier les sacrifices à assumer, sans que sa popularité n’en souffre et se taillant même une réputation de savoir-faire dans les milieux européens. Il devient un des pères de l’euro.

La fin du PSC



Le PSC, de Deprez à Milquet – © Tous droits réservés

Avec Gérard Deprez à la présidence et Melchior Wathelet son alter-ego incarnant lui, la droite du parti, Philippe Maystadt représentait le PSC et ses tendances.

Mais tout se détricote dans ces années 90 : Melchior Wathelet quitte la politique et Gérard Deprez en adoubant la jeune Joëlle Milquet se met la vieille garde du parti à dos. Celle-ci emmenée par Charles-Ferdinand Nothomb prend de justesse la tête du parti.

Philippe Maystadt s’est toujours gardé des querelles d’appareil, mais, devant la déglingue annoncée, il doit la mort dans l’âme, quitter les affaires gouvernementales, les sommets européens, pour plonger les mains dans le cambouis de la « politique politicienne » et sauver ce qui peut l’être du PSC.

Il invente, vite fait, le concept de « nouveau PSC », mais ne peut éviter la défaite aux élections de 1999 et surtout le renvoi dans l’opposition après 41 ans ininterrompus au pouvoir.

L’Europe pour horizon



A la BEI (2000-2011) – © HERWIG VERGULT – BELGA

Soulagé, il passe la main à Joëlle Milquet. Fédéraliste européen convaincu, c’est presque naturellement qu’il prend au 1er janvier 2000 la présidence de la Banque Européenne d’Investissement (BEI). La page de la politique belge est tournée.

Il occupera le poste jusqu’en 2011 et ne replongera pas dans la politique malgré les sollicitations de son parti. Philippe Maystadt en restera bien entendu un observateur attentif, livrant çà et là ses analyses toujours très justes sur un monde politique qui n’était plus tout à fait le sien.

En 2014, il avait accepté de devenir le premier président de l’Académie de recherche et d’enseignement supérieur (ARES), qui chapeaute le monde académique belge francophone. Pour le brillant jeune universitaire, la boucle était bouclée.

Un homme de Charleroi



Convaincre à Charleroi – © MOSSAY G – BELGA

Enfin, Philippe Maystadt, c’était aussi un attachement à Charleroi et à sa région, bien que né à Petit-Rechain (Verviers), dans la même rue qu’un certain Melchior Wathelet. Les parents Maystadt louaient modestement une maison appartenant à la famille Wathelet, comme un symbole des deux tendances des futurs ténors du PSC.

Ce sera le déménagement vers Couvin et Farciennes, au gré des changements professionnels du père ingénieur. L’école primaire à Farciennes, les humanités à Charleroi, le droit et l’économie à Namur et Louvain puis un master en administration publique à Los Angeles pour finalement, le retour à Charleroi, le cabinet du ministre Alfred Califice, ténor local du PSC et pilier de la démocratie-chrétienne.

Il mettra ses pas dans ceux de son mentor et constituera avec Philippe Busquin (PS) et Etienne Knoops (PRL) un trio qui œuvrera pour la région de Charleroi, bien au-delà des clivages politiques.

Philippe Maystadt était atteint d’une maladie respiratoire aussi rare qu’incurable. Il aura gardé jusqu’au bout lucidité et sérénité, avec toujours cette malice dans un coin du regard.