la Belgique

Liège: Claudine André, conférencière pour la survie des bonobos

Claudine André « la maman des bonobos » est, ce jeudi 16 novembre, au Palais des Congrès dans le cadre des Grandes Conférences Liégeoises.

Claudine André et les bonobos… une longue histoire

C’est en 1951 que Claudine André part au Congo avec son papa qui exerce le métier de vétérinaire. Les animaux vont très vite faire partie intégrante de sa vie. Quelques dizaines d’années plus tard, un évènement va sceller son destin à celui des bonobos.

« Durant les pillages, en 1993, je suis appelée à me rendre au zoo de Kinshasa qui était complètement à l’abandon, raconte Claudine André. La situation, sur place, pour les hommes et les animaux était catastrophique. Et, en tant que fille de vétérinaire mon premier réflexe a été de sauver le zoo. Très vite, on m’a apporté un petit bonobo qui était mourant et le directeur du zoo m’a dit qu’il ne fallait pas s’attendrir car il s’agissait d’un bonobo, mot que j’entendais pour la première fois. Et c’est comme cela que l’aventure a commencé, avec ce regard désespéré de ce bébé bonobo « .

Le bonobo, le grand singe kamasutra

Le bonobo fait partie de la famille des grands singes et une des caractéristiques qui le rend unique est son comportement social.

Claudine André : « C’est une alliance de femelles qui dirige le groupe. Ces femelles règlent les problèmes et surtout, anticipent les conflits avec le sexe qui est un langage de paix ».

Claudine André, se bat depuis des années pour la survie de ces grands singes qui, chassés, sont de plus en plus en voie de disparition. A Kinshasa, où elle a fait construire le sanctuaire « Lola ya bonobos » (le paradis des singes), elle lutte pour la survie de cette espèce qui partage avec nous 98,7% de son patrimoine génétique.

La conférence donnée ce jeudi par Claudine André est intitulée  » Des hommes et des bonobos : appel à la solidarité entre espèces « . Ce thème a été choisi pour faire prendre conscience qu’il est grand temps de se bouger et de faire des choses qui fonctionnent pour protéger la biodiversité. Une des solutions, évoquée par Claudine André, est de travailler le plus possible avec les populations avoisinantes dans l’habitat.

Le site : loyayabonobo.fr