la Belgique

Médecine: plusieurs dizaines de « reçus-collés » préparent des recours au Conseil d’Etat

Plusieurs dizaines de candidats à des études de médecine, qui ont échoué à l’examen d’entrée, préparent des recours au Conseil d’État.

A Liège, le bureau Misson, spécialiste de ces questions, est actuellement submergé d’appels et de mandats à saisir la justice. Parmi lesquels des dizaines de « reçus-collés » qui ont réussi une première année à l’université mais qui, au concours de juin, n’ont pas été classés en ordre utile pour passer en deuxième. Aurélie Kettels, avocate: « On reçoit pour le moment de nombreux mandats d’étudiants dans des situations différentes. Il y a plusieurs catégories ».

Dans les demandes, beaucoup de contacts avec des reçus-collés qui ont donc réussi une première année et qui néanmoins sont jugés maintenant inaptes à poursuivre des études de médecine: « Nous avons beaucoup de contacts avec cette catégorie d’étudiants oui. Nous en avons des dizaines. Ici, nous allons introduire un recours en extrême urgence devant le Conseil d’État dont le but est de faire suspendre les résultats de l’examen d’entrée, et, pour les reçus-collés, de faire suspendre les résultats du concours, si nécessaire ».

Juridiquement, ça semble ne pas être justifié

Un système absurde? « Au-delà du bon sens, sur le plan juridique, il y a selon nous un problème dès lors que ces étudiants ont acquis un minimum de 45 crédits sur 60, ce qui est la condition de réussite dans les autres sections » répond l’avocate. « Il semble tout à fait contradictoire d’imposer à des étudiants qui ont démontré la capacité à réussir une année, de démontrer en même temps leurs capacités à entamer les études. Donc effectivement, juridiquement, ça semble ne pas être justifié ».