Sports

Menace nord-coréenne: le Japon déploie son système antimissile

 

Le Japon déploie son système antimissile –
KAZUHIRO NOGI / AFP

Menacé par le projet de la Corée du Nord de lancer des missiles en direction de l’île américaine de Guam, le Japon a affirmé qu’il n’hésiterait pas à prendre « les mesures nécessaires ».

Le Japon déployait ce samedi son système de défense antimissile Patriot, après l’annonce par la Corée du Nord de son projet de lancer des missiles au-dessus de l’archipel en direction de l’île américaine de Guam. Selon la chaîne de télévision publique japonaise NHK, le déploiement du système antimissile américain Patriot Advanced Capability 3 (PAC-3) devait avoir lieu à Shimane, Hiroshima, Kochi et Ehime dans l’ouest du pays. Et pour cause, d’après l’annonce faite par Pyongyang, ces localités pourraient se trouver sur la trajectoire de missiles nord-coréens.
    
L’armée nord-coréenne, citée par l’agence de presse officielle KCNA, a fait état jeudi d’un projet consistant à lancer quatre missiles qui survoleraient le territoire japonais avant d’aller s’abattre en mer « à 30 ou 40 kilomètres de Guam », une île américaine du Pacifique. Ce tir serait « un avertissement crucial aux États-Unis », selon KCNA. Des images télévisées montraient ce samedi des véhicules militaires transportant avant l’aube des lanceurs et d’autres composants du système antimissile dans la base entrant dans une base militaire à Kochi.

Les forces armées japonaises prête à « prendre les mesures nécessaires »

Il n’y a pas eu immédiatement de déclaration officielle sur ce déploiement. Mais le gouvernement japonais s’est auparavant engagé à abattre les fusées ou missiles nord-coréens qui menaceraient son territoire. Selon des déclarations faites cette semaine par le principal porte-parole du gouvernement japonais, Yoshihide Suga, Tokyo « ne pourra jamais tolérer » les provocations de la Corée du Nord et les forces armées japonaises « prendront les mesures nécessaires ».
    
En 2009, une fusée nord-coréenne avait survolé le territoire japonais sans incident et sans tentative pour l’abattre. La Corée du Nord avait à l’époque déclaré que la fusée était chargée de mettre sur orbite une satellite de télécommunications. Mais Washington, Séoul et Tokyo avaient estimé qu’il s’agissait en fait de l’essai d’un missile balistique intercontinental à vocation militaire.