Culture

Mikhalkov a exhorté le ROC de ne pas faire de « frivoles de déclarations sur le Ministère de la culture

Le président de l’Union des cinéastes de la Russie Mikhalkov

© Sergey Мальгавко/TASS

YALTA, le 16 septembre. /Corr. TASS Natalia Баринова/. Le président de l’Union des cinéastes de la fédération de RUSSIE Nikita Mikhalkov a appelé les représentants de l’église orthodoxe Russe d’être prudent avec les « étourdis déclarations » à l’adresse du Ministère de la culture.

Voir aussi


Inquiet « Mathilde »: que sait-on à propos de la situation autour du film d’Alexis Maitre

Jeudi le premier vice-président du Département synodal pour l’Église avec la société civile et des MÉDIAS Alexandre Améliorations dans l’émission de canal TVC a déclaré que la responsabilité d’un scandale autour du film d’Alexeï Enseignants « Mathilde », repose sur le Ministère de la culture et de la personnellement sa tête Vladimir Мединском. Selon Щипкова, la situation avec le film « une erreur politique » du ministre.

« Lorsque le représentant de ROC accuse Мединского d’avoir commis une politique de l’erreur associée à « Matilda », c’est, pardonnez-moi hiérarques, désinvolte de la déclaration, et, malheureusement, à bien des égards подливающее l’huile sur le feu pour ceux qui essaient de salir le ROC », – a dit Mikhalkov TASS.

« Pour ainsi dire, il faut être certain que le ministère et moi-même Medinsky, ont participé à l’allocation de ressources, est convaincu le directeur. – De l’argent sur le film « Mathilde » a donné à la Fondation du cinéma, c’est une organisation qui n’est absolument pas dépend du Ministère de la culture. L’office seulement délivre les autorisations sur la location de la peinture. Et que la pensée de la Fondation du cinéma – c’est mieux chez eux le demander ».

Le Ministère de la culture de la situation a refusé de commenter.

Auparavant, le ministre de la culture de la fédération de RUSSIE, Vladimir Medinsky, a appelé toute tentative de pression sur le cinéma en lien avec la projection de « Mathilde » de la censure et de l’iniquité. Il a souligné que le Ministère de la culture délivre des films de laminage de l’identité strictement selon la procédure légale, et dans la loi décrit clairement les raisons du refus. Dans le cas de « Matilda ».