Sports

Mogherini: l’annonce de Trump sur Jérusalem peut « nous ramener à des temps encore plus sombres »

 

La haute représentante de l’Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, Federica Mogherini, lors d’une réunion aux quartiers de l’OTAN le 5 décembre 2017 à Bruxelles. –
Thierry Charlier – AFP

La cheffe de la diplomatie européenne a une nouvelle fois critiqué ce jeudi la décision de Donald Trump de reconnaître Jérusalem en tant que capitale d’Israël. 

La cheffe de la diplomatie européenne Federica Mogherini a critiqué une nouvelle fois ce jeudi la décision de Donald Trump, qui a annoncé mercredi reconnaître Jérusalem comme la capitale d’Israël

Cette décision du président américain peut « nous ramener à des temps encore plus sombres que ceux que nous vivons aujourd’hui », a-t-elle lancé lors d’une brève conférence de presse à Bruxelles. 

« L’annonce du président Trump sur Jérusalem a un impact potentiel très inquiétant. Le contexte est très fragile », a jugé Federica Mogherini, appelant tous les acteurs à « la sagesse » et à une « désescalade ».

« Une seule solution réaliste: les deux Etats »

« L’Union européenne a une position claire et unie », a insisté Federica Mogherini. « La seule solution réaliste au conflit entre Israël et la Palestine est basée sur deux Etats, avec Jérusalem comme capitale à la fois de l’Etat d’Israël et de l’Etat de Palestine », a-t-elle ajouté.

« La priorité la plus urgente est désormais que tous les acteurs pertinents évitent une escalade plus forte sur place. Et il est très important que le président Trump, dans son discours, ait reconnu que le statu quo des lieux saints doit être préservé », a-t-elle jugé. « Le pire qui pourrait arriver serait une escalade des tensions autour des lieux saints et dans la région », a averti la Haute représentante de l’Union européenne pour les Affaires étrangères.

Mogherini recevra vendredi matin à Bruxelles le ministre jordanien des Affaires étrangères Aymane Safadi. Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu est attendu lundi matin au siège de l’UE pour un petit-déjeuner « informel » avec les chefs de la diplomatie des 28 Etats membres.