Politique

Moskalkova regrette que dans la fédération de RUSSIE n’est pas forcé de traitement de la tuberculose

Le commissaire des droits de l’homme dans la fédération de RUSSIE Tatiana Moskalkova

© Michael Климентьев/service de presse du président de la fédération de RUSSIE/TASS

MOSCOU, le 16 avril. /TASS/. Le commissaire des droits de l’homme dans la fédération de RUSSIE Tatiana Moskalkova regrette l’absence de la Russie de traitement obligatoire de la tuberculose. Sur cela dit dans le rapport annuel de l’ombudsman, qui sera publié dans « le journal Russe ».

« Il faut noter que, malheureusement, il n’y avait pas fermé les établissements de santé pour forcer le traitement de la tuberculose. Agissant médicaux de lutte contre la tuberculose de l’organisation ne s’appliquent pas à ceux-ci. Placés en eux par une décision de justice, les citoyens peuvent les quitter, sans avoir terminé le traitement, » indiqué dans le document.

Moskalkova appelle aussi l’attention sur les malades de la tuberculose, освобождаемых des lieux de privation de liberté. « Beaucoup d’entre eux ont perdu les liens de parenté, n’ont pas de logement, errent, aucun accompagnement ne leur apparaît, à la suite de leur maladie progresse, ils mettent leur vie en danger et deviennent dangereux une source d’infection pour les autres », prévient le médiateur.

Le rapport souligne que « l’organisation Mondiale de la santé comprend la fédération de RUSSIE dans le nombre de pays fortement touchés par la tuberculose, et selon Rosstat, en Russie, au début de 2017 sur les comptes dans les établissements organisations était 178,1 milliers de patients avec une tuberculose active (53,3 cas pour 100 000 habitants) ». « Dans ce cas, uniquement pour 2016 de cette maladie est mort 11,4 mille personnes », – a déclaré dans un document.