Politique

Notre-Dame-des-Landes: Griveaux ne voit « que des solutions difficiles »

 

Benjamin Griveaux était l’invité d’Apolline de Malherbe ce dimanche sur BFMTV. –
Capture BFMTV

Le porte-parole du gouvernement a évoqué une « solution alternative » au projet de nouvel aéroport, qui consisterait à agrandir celui de Nantes-Atlantique.

Au lendemain de la visite surprise d’Edouard Philippe à Notre-Dame-des-Landes, et alors qu’une décision de l’exécutif pourrait intervenir dès ce lundi, Benjamin Griveaux a défendu ce dimanche l’action du président sur ce dossier.

« Le macronisme, c’est d’abord prendre des décisions », a-t-il affirmé, regrettant que « personne depuis 40 ans » n’ait « assumé de prendre des décisions », et que le dossier se soit « embourbé ». « Il n’y a que des solutions difficiles. Mais le rôle du macronisme c’est aussi d’avoir des solutions alternatives », a-t-il ajouté.

La piste Nantes-Atlantique « pas été assez étudié »

Invité d’Apolline de Malherbe sur BFM Politique, le porte-parole du gouvernement a évoqué la solution « alternative » qui pourrait être prise:

« Peut-être que l’agrandissement de l’aéroport de Nantes est une piste qui n’a pas été assez étudiée », a-t-il estimé. « Est-ce qu’il y a un besoin aéroportuaire? Oui, il y a un besoin, il est identifié. Est-ce qu’il existe une seule solution pour résoudre ce besoin? Non », a-t-il insisté.

Cette solution, évoquée dans le rapport des médiateurs rendu en décembre, pourrait donc conduire à l’abandon du projet de nouvel aéroport. Quelle que soit la décision de l’exécutif, qui doit être connue d’ici la fin du mois, la ZAD sera en revanche évacuée, a déjà prévenu le gouvernement.

Interrogé sur le coût d’un chantier d’extension, Benjamin Griveaux a précisé que le critère financier ne serait pas « déterminant » dans la décision finale, tout en avançant que l’extension de Nantes-Atlantique serait moins coûteuse qu’un nouvel aéroport.