Politique

Paris: vers la fin des voitures à essence en 2030 et des diesel en 2024?

La mairie de Paris a annoncé jeudi qu’elle souhaitait aller vers la fin des voitures à essence dans la capitale à l’horizon 2030, et des voitures diesel en 2024, sans les interdire, pour faire de Paris « une ville neutre en carbone à moyen et long terme ».

La mairie de cette métropole de plus de deux millions d’habitants a toutefois précisé qu’elle n’envisageait pas une « interdiction », mais qu’il s’agissait d’un objectif.

La capitale dirigée par la socialiste Anne Hidalgo devancerait ainsi l’objectif du gouvernement français qui a annoncé en juillet la fin des ventes des véhicules essence et diesel pour 2040.

« L’idée c’est de planifier à long terme la fin des véhicules thermiques, donc des énergies fossiles à un horizon 2030. Il s’agit d’une stratégie qui vise à définir une ville neutre en carbone à moyen et long terme », a expliqué à la télévision franceinfo Christophe Najdovski, élu local écologiste chargé des Transports.

« C’est tout à fait faisable, un certain nombre de constructeurs automobiles ont annoncé la fin du diesel et se tournent résolument vers des motorisations électriques », a-t-il assuré.

« Le secteur des transports est l’un des principaux secteurs d’émission de gaz à effet de serre », a-t-il rappelé. « La ville de Paris souhaite prendre les devants, parce que le temps presse », a-t-il ajouté, soulignant que d’autres pays, comme l’Inde, avaient déjà annoncé la fin des véhicules thermiques à l’horizon 2030.