Politique

Philippot récupère les tensions internes de l’AfD pour critiquer le FN

 

Florian Philippot –
FREDERICK FLORIN / AFP

Florian Philippot se sert du refus d’une cadre du parti d’extrême droite allemand AfD pour justifier sa rupture avec le Front national, en plein « retour en arrière » idéologique selon lui.

C’est une manière de souligner le « rétrécissement » droitier en cours au Front national selon Florian Philippot: l’ex numéro 2 du parti a fait un parallèle ce lundi entre son récent départ du FN et la décision de Frauke Petry, l’une des principales dirigeantes du parti de droite nationaliste allemande AfD, de ne pas siéger avec la formation qui entre au Bundestag.

« La radicalité ne sert à rien, le départ de Frauke Petry dénonçant ces dérives le montre. Il faut bâtir un patriotisme clair et rassembleur » a plaidé sur Twitter le vice président démissionnaire du Front national, artisan majeur de la « dédiabolisation » de la formation d’extrême droite.

Frauke Petry a annoncé ce lundi matin qu’elle ne siégerait pas avec l’AfD au Bundestag. Elle entend ainsi protester contre la radicalisation du mouvement ces dernières semaines, qui a multiplié les attaques contre les migrants et les musulmans. Certains membres de l’AfD ont même prêché la fin de la repentance pour les crimes nazis.

La radicalité ne sert à rien, le départ de Frauke Petry dénonçant ces dérives le montre. Il faut bâtir un patriotisme clair et rassembleur. pic.twitter.com/toqvXgDuKO

— Florian Philippot (@f_philippot) 25 septembre 2017

Batailles de lignes

L’ancien conseiller de Marine Le Pen, qui se dispute désormais avec le Front national ses alliés étrangers, avait notamment dénoncé le « retour en arrière terrible » idéologique du parti d’extrême droite dont il a été vice-président pendant cinq ans.

Alors que le départ de Florian Philippot marque une rupture entre « sa » ligne souverainiste et une ligne libérale et identitaire, le parti allemand de droite populiste est partagé entre un courant national-libéral, en perte de vitesse, et un autre identitaire et extrémiste, qui paraît avoir pris le dessus à l’occasion de la campagne électorale.

Son entrée au Bundestag a été saluée dimanche soir sur Twitter par Marine Le Pen. La dirigeante du FN a salué « un score historique ». « C’est un nouveau symbole du réveil des peuples européens », ajoute-t-elle dans son tweet.

Bravo à nos alliés de l’#AfD pour ce score historique ! C’est un nouveau symbole du réveil des peuples européens. MLP #BTW2017

— Marine Le Pen (@MLP_officiel) 24 septembre 2017

Marine Le Pen et Nicolas Bay avaient également eu dimanche soir un message particulier pour Frauke Petry, coprésidente de l’AfD et « initiatrice » de l’alliance avec le FN.