la Belgique

Prix unique des livres voté: ils ne pourront plus être vendus plus cher en Belgique qu’en France

Le Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a approuvé à l’unanimité mercredi soir un projet de décret introduisant le prix unique du livre en Belgique francophone.

Les livres édités en France ne pourront en conséquence plus être vendus plus cher chez nous, comme c’est le cas aujourd’hui. Attendu depuis pas moins de 35 ans, le décret s’appliquera aux livres de langue française, qu’ils soient sur support papier ou numérique, à l’exclusion des magazines, des journaux ou encore des ouvrages d’occasion.

La nouvelle législation impose à tout éditeur ou importateur de fixer un « prix public » pour tous ses livres vendus en Wallonie et à Bruxelles. Durant deux ans (un an pour les BD), les revendeurs ne pourront accorder des ristournes qu’à hauteur de 5% maximum. Au-delà, de ce délai, le prix de vente sera libre. Les manuels scolaires et les livres vendus aux écoles et bibliothèques pourront toutefois bénéficier de réductions plus importantes.

Le nouveau décret vise à aider les libraires indépendants, confrontés depuis des années à la concurrence jugée déloyale des grandes surfaces qui vendent souvent les romans comme produits d’appel. Le texte vise de la sorte à préserver la pluralité des canaux de vente et la création littéraire. Il programme aussi la fin graduelle, dès 2019, de la « tabelle », ce mécanisme anachronique qui fait que les livres français sont vendus chez nous 10 à 15% plus cher que dans l’Hexagone.