la Belgique

Publifin: « L’argent remboursé ira aux communes et aux provinces », assure Josly Piette

Ce mardi soir, un conseil d’administration de Nethys a eu lieu. Thomas Gadisseux a décortiqué les décisions prises avec l’administrateur de Publifin, l’intercommunale qui a repris le contrôle sur l’ensemble de la structure, notamment sur Nethys, le cdH Josly Piette.

Alors qu’une décision concernant Stéphane Moreau était attendue, le conseil d’administration de Nethys de ce mardi soir a débouché sur un communiqué annonçant que l’avenir de son patron serait évalué à brève échéance. « On ne se moque de personne, réagit Josly Piette. On a suivi les recommandations de la commission d’enquête, et notamment assurer le fait que le CEO ne soit plus membre du conseil d’administration de la société. Il a été demandé au nouveau conseil de faire une analyse précise de la situation des rémunérations et des statuts. Dès que nous aurons les données précises, et on évaluera le coût, on réunira Finanpart qui prendra ses responsabilités ».

Je ne joue pas la montre

Car la question des rémunérations est primordiale. Stéphane Moreau a un gros salaire, un parachute doré est prévu en cas de licenciement. Cette peur de devoir payer des sommes astronomiques d’indemnités freine-t-elle la prise de décision? « Non, j’attends de voir. Il doit bien mesurer la place qu’il occupe, il n’a plus l’aura qu’il avait. Il doit donc réfléchir s’il est capable de faire un pas de côté de façon intelligente et mesurée », répond Josly Piette qui se défend de « jouer la montre » et assure que « l’assemblée stratégique du groupe Publifin-Finapart se tiendra au milieu du mois de décembre ».

Le CA de Nethys explique également dans son communiqué que les décisions du gouvernement wallon auront des conséquences lourdes sur les activités de Nethys. Une menace par rapport à l’emploi ? Josly Piette préfère parler de constat. « Cela aura des conséquences lourdes parce que le CA va devoir imaginer un nouveau modèle. Il va falloir trouver les capitaux pour maintenir un ensemble d’activités. Il faudra faire l’analyse précise de chaque secteur et voir si les ressources financières sont suffisantes ».

Mais ce Nethys démantelé sera-t-il viable ou devra-t-il se faire racheter par d’autres opérateurs télécom ? « Je ne suis pas là pour démanteler un mais maintenir un groupe industriel et le développer à Liège, répond Josly Piette. Il y a effectivement des précautions à prendre ».

Si Stéphane Moreau joue en coulisses, c’est une faute

Un nouveau modèle pour Nethys qui ne semble pas ravir tout le monde. Selon certaines rumeurs, Stéphane Moreau et les patrons de Nethys seraient en train d’agir en coulisses pour que Nethys résiste. « Ce sont les rumeurs, affirme Josly Piette. Je souhaite qu’ils respectent les instances qui ont été mises en place. Si Stéphane Moreau joue en coulisses, c’est une faute ».

La ministre des Pouvoirs Locaux Valérie De Bue déplorait la pauvreté des engagements de la structure Publifin. Elle s’étonne notamment que l’argent indûment touché dans les comités de secteurs n’a toujours pas été remboursé. Publifin estime à 300.000 euros le montant à rembourser. « Cet argent ira communes et aux provinces, ce n’est pas pour remplir les coffres de Publifin », assure Josly Piette.

Josly Piette a été ministre cdH, il est également ex-secrétaire général de la CSC. Claude Rollin déplorait l’attitude du cdH estimant qu’il virait à droite. « J’ai mal sur un certain nombre de virages menés par mon parti, affirme quant à lui Josly Piette. Mais je ne suis plus dans les instances du parti. Je suis de tendance démocrate chrétienne, il y des choses que je n’arrive pas à avaler mais la majorité du parti a décidé que la ligne défendue par le président était la ligne du parti. Il y aura bientôt un congrès, on discutera ».