Politique

Retailleau succède à Fillon à la tête de son micro-parti Force républicaine

 

Le président du groupe Les Républicains au Sénat Bruno Retailleau, lors d’un discours à Vertou, près de Nantes, le 29 mai 2017. –
Jean-Sébastien Evrard – AFP

Le président du groupe LR au Sénat doit prendre la tête ce dimanche du micro-parti fondé par François Fillon, Force républicaine. 

Le président du groupe LR au Sénat Bruno Retailleau s’est revendiqué dimanche d' »une droite qui n’est pas unijambiste et qui répond aux deux symptômes du mal français: la peur du déclassement économique et la dépossession culturelle et identitaire ».

Interrogé par le Journal du Dimanche le jour où il doit prendre la tête du micro-parti fondé par François Fillon, Force républicaine, Bruno Retailleau se dit convaincu que « ceux qui réduisent la politique à l’économie se trompent. Les peuples aujourd’hui ont besoin d’autre chose qu’une réponse uniquement matérielle ».

Une « tentative de diabolisation » de Laurent Wauquiez 

« Face au retour du tragique dans notre histoire, il y a un défi civilisationnel. On luttera contre la barbarie islamiste en rehaussant notre arsenal judiciaire, policier et militaire, bien sûr, mais aussi en reconstruisant nos défenses immunitaires. Il faut passer d’une culture de répudiation de ce que nous sommes à une culture de réaffirmation de notre idéal républicain », selon lui.

S’abstenant d’indiquer pour qui il votera à la présidence de LR le 10 décembre, Bruno Retailleau estime par ailleurs que le favori du scrutin Laurent Wauquiez « a fait l’objet d’une tentative de diabolisation ».

« Il sait que pour répondre à l’angoisse française, il faut apporter des réponses à la fois économiques mais aussi régaliennes et identitaires », assure le sénateur de Vendée. « Sa responsabilité, ce sera le rassemblement. Je n’ai pas de doute qu’il en ait la volonté », conclut-il.