la Belgique

Stoumont: un face à face plus serré que prévu aux prochaines communales?

A Stoumont, deux listes devraient s’opposer aux prochaines communales de 2018. D’un côté, Vivre ensemble, emmenée par l’actuel bourgmestre Didier Gilkinet, apparenté PS. La liste avait rassemblé 48% des voix aux dernières élections. En face, Stoumont demain, qui avait convaincu un peu plus de 40% des électeurs en 2012. A priori, plus de trace d’Avec vous, cette troisième liste qui, sans rafler de siège, avait tout de même convaincu 11% des électeurs. En 2018, ce sont peut-être ces mêmes électeurs qui joueront les arbitres.

Vivre ensemble mise sur le renouvellement

« Au terme de ce mandat, j’aurai 55 ans. Je me sens apte à continuer ». Didier Gilkinet est déterminé. L’actuel bourgmestre, apparenté PS, emmènera donc la liste Vivre Ensemble. Une liste « quasiment bouclée » – il ne manque plus qu’un seul nom- avec du changement en vue : « La moitié de la liste est renouvelée par rapport aux dernières élections et la moitié des candidats ont entre 25 et 40 ans », précise celui qui brigue donc un troisième mandat. Des générations différentes mais aussi une pluralité politique: « Il y aura trois socialistes, trois écolo, un cdH et des candidats non apparentés, mais certains ont une tendance libérale ». Philippe Goffin, l’actuel premier échevin, a lui décidé de quitter le navire, pour se consacrer à sa vie privée.

Stoumont demain et sa nouvelle tête de liste

En face, la concurrence est sérieuse. En 2012, Stoumont demain avait recueilli plus de 40% des voix. Cette fois, José Dupont, apparenté MR, ancien bourgmestre de 1995 à 2006, cède sa place de tête de liste. C’est Gaëtan Depierreux, lui aussi apparenté MR, qui prendra les rênes. Mais Didier Gilkinet tient à le préciser: il ne veut pas se désinvestir de la vie politique locale. Il figurera toujours sur la liste, et assumera malgré tout la fonction de bourgmestre si les voix de préférence se tournent vers lui. Pour le reste, la liste sera à « 70-80% » la même qu’aux précédentes communales. Là aussi, la liste se veut ouverte politiquement et l’équipe de Stoumont demain rejette l’étiquette libérale que la majorité voudrait lui coller.

Une troisième liste? Peu probable, mais…

Entre opposition et majorité, les hostilités sont ouvertes. L’opposition dénonce une majorité trop molle « suiveuse et pas du tout proactive ». De son côté, l’actuel bourgmestre, avec sa liste « presque bouclée » rit sous cape: « On dirait tout de même qu’ils ont du mal à se mobiliser, ils ont même essayé de recruter nos deux échevines », glisse le maïeur.

A première vue, pas de troisième force pour ces élections. En 2012, Paolo Tatullo, ancien échevin de Didier Gikinet, présentait sa propre liste et ne remportait aucun siège. Pour l’instant en tout cas, aucune annonce de son côté. Mais Paolo Tatullo s’amuse à laisser planer le doute: « On n’est jamais à l’abri d’une surprise, d’où qu’elle vienne ».