la Belgique

Succès de la Sandrace dans la sablière de Mont-Saint-Guibert

La chaleur n’a pas découragé les amateurs de courses d’obstacles. Plus de 6000 personnes ont participé ce dimanche à la troisième édition de la Sandrace dans la plus grande sablière de Belgique à Mont-Saint-Guibert.

Il y avait deux parcours, cinq et dix kilomètres avec soit 13 soit 20 obstacles. Il fallait grimper sur des hautes collines de sable, franchir des passages d’eau, s’accrocher à un pont de singe suspendu au-dessus de l’eau, descendre une côte raide sur une luge en plastique, ramper sous des bâches enfumées par une machine à fumée et pour finir sauter d’une tour d’une hauteur de cinq ou huit mètres sur un gros coussin gonflable. Rien n’a effrayé les participants. Beaucoup sont venus en groupe, entre amis ou collègues dans le cadre d’un team-building.



« Les Epioux » montent à l’assaut de la colline à la Sandrace à Mont-Saint-Guibert – © Monika Wachter – RTBF

« Les Épioux », un groupe d’amis venus pour s’amuser, se dépasser et s’entraider

Ce groupe d’amis vient des quatre coins de Wallonie. Ils aiment bien courir et se lancer des défis. Pour l’occasion, les hommes portaient un bandana vert et les femmes un bandana rouge. « Le plus dur pendant la course était la chaleur », dit Sandrine.



Le ravitaillement est le bienvenu à la Sandrace à Mont-Saint-Guibert – © Monika Wachter – RTBF

Les points de ravitaillement d’eau, avec des quartiers d’oranges, des morceaux de bananes et des gaufres étaient donc plus que les bienvenus. « Sinon les obstacles sont sympas. C’est agréable. C’est rigolo, » enchaîne Sandrine. Pour Daphnée, « c’est une super expérience. Mais je m’entraînerais mieux pour l’année prochaine, » dit-elle en rigolant.



Simon Trussart, l’organisateur de la Sandrace, a le sourire – © Monika Wachter – RTBF

Des foulures, des entorses et quelques coups de soleil et de chaleur

Au total, une trentaine de personnes ont dû faire appel au service de secours. C’est moins que l’an dernier où 70 personnes ont été soignées. Plusieurs se sont tordu le pied ou ont été brûlé par le sable en glissant. Dix personnes ont dû être évacuées vers la clinique Saint-Pierre d’Ottignies, surtout pour des coups de chaleurs ou de l’hyperventilation. C’est plus qu’en 2016 où il n’y avait que trois évacuations. Mais il faut dire qu’il faisait particulièrement chaud.