la Belgique

Une mère de famille écrit un mot d’excuse pour que son fils n’aille pas au Marineland d’Antibes

 

Des dauphins en représentation dans le parc aquatique de Marineland, à Antibes –
AFP

Opposée aux delphinariums, une mère de famille a publié sur Facebook le mot d’excuse qu’elle a écrit à son fils pour qu’il ne participe pas, avec sa classe, à la visite du Marineland d’Antibes, dans les Alpes-Maritimes.

Le parc aquatique du Marineland, à Antibes, est régulièrement pointé du doigt par des associations de défense des animaux qui dénoncent les mauvais traitements infligés aux dauphins et aux orques. Sur Facebok, Audrey, une mère de famille, a publié vendredi 16 juin le mot d’excuse qu’elle a rédigé pour que son fils de 7 ans ne participe pas, avec sa classe de CE1, à la sortie de fin d’année organisée au parc aquatique.

« Nous pensons qu’il n’est pas éthiquement acceptable que des dauphins et des orques qui parcourent entre 100 et 200 km par jour dans la mer, soient enfermés dans des piscines et sautent dans des cerceaux. J’enseigne à mon enfant à ne pas s’émerveiller de la détresse animale. Merci de votre compréhension, cordialement, Audrey. »

Contactée par le Huffpost, la mère a assuré que son fils ne souhaitait pas se rendre au parc. « Il m’a dit qu’il préférait aller au Village des fous de Villeneuve-Loubet », dans le même département, a-t-elle fait savoir.

« Je l’ai déjà emmené en mer avec l’association SOS Grand bleu, à Saint-Jean-Cap-Ferrat, observer les mammifères marins dans leur habitat. Nous ne les avons pas dérangés, nous ne sommes pas intervenus, nous les avons observés avec respect », a-t-elle poursuivi. 

De nouvelles règles 

En mai dernier, Ségolène Royal a signé un arrêté visant à améliorer le bien-être des dauphins en captivité en réglementant plus strictement le fonctionnement des delphinariums, notamment en augmentant la taille des bassins. L’arrêté, publié au Journal Officiel, prévoit également l’interdiction de la reproduction des animaux détenus dans les parcs aquatiques.