Economie

Veviba: l’entreprise flamande Vanlommel a adapté ses procédures en interne

« Il n’y a pas eu de fraude à l’étiquetage, puisque les étiquettes originales étaient présentes » a soutenu dimanche au micro de la VRT Johan Heylen, le directeur commercial de l’abattoir Vanlommel, qui a également envoyé au Kosovo deux palettes de viande périmée. Il a par ailleurs rappelé ce qu’il avait déclaré samedi à la RTBF, à savoir qu’il s’agit d’une « erreur humaine ». Johan Heylen a aussi affirmé, sur le plateau de De Zevende Dag (Eén), que l’entreprise avait entre-temps adapté ses procédures en interne.

Il s’agit de deux palettes parmi un chargement de 20 tonnes de viande envoyée au Kosovo. « Deux palettes, périmées depuis juillet, ont été chargées de manière erronée », a-t-il expliqué. Selon lui, cette viande était destinées à l’industrie de l’alimentation animale.

« Ces palettes se trouvaient à l’arrière du camion. Et les palettes à l’arrière sont les premières à faire l’objet d’une inspection vétérinaire à un poste frontalier. C’est la preuve que nous ne voulions pas commettre une fraude », assure encore le directeur commercial.

L’abattoir assume la responsabilité de cette erreur et a remboursé totalement son client. Johan Heylen n’a été informé que samedi que son client au Kosovo était le même que celui du dossier Veviba.