la Belgique

Villers-la-Ville à moins d’un an des communales: un match un contre un

Sauf surprise, le scrutin communal d’octobre 2018 sera un bras de fer entre deux forces, à Villers-la-Ville. Un match 1 contre 1. Qui opposera la formation des réformateurs (actuellement au pouvoir) à une liste unique baptisée « Ensemble pour Villers »; une liste qui regroupera les 4 principales forces de l’opposition sortante, à savoir PS, CDH, Ecolo et URC (Union et Renouveau communal). 

L’équipe Burton 

En 2012, le MR avait remporté 54,18% des voix. Une victoire qui avait permis de décrocher 14 sièges avec une écharpe maïorale autour du cou d’Emmanuel Burton. « Je suis confiant pour la reconduction de cette majorité en 2018 », affirme le bourgmestre réformateur. « Il est trop tôt pour parler d’une éventuelle alliance. Trop tôt aussi pour savoir si nous nous présenterons sous la bannière MR ou sous un autre nom ». Le chef de file précise que les priorités du futur programme ne sont pas encore définies. Par ailleurs, il voit dans le regroupement des forces d’opposition une attaque contre la majorité en place. Une attaque politique contre sa personne. « Mais je reste serein car nous avons un excellent bilan de législature », souligne le bourgmestre. « Nouvelle maison communale, centre sportif, collecteur d’égouttage,… les dossiers ont pris du temps, mais les promesses ont été tenues », conclut Emmanuel Burton. 

Ensemble pour Villers

Au terme du scrutin de 2012, Ecolo, le PS, iDeal ooo (CDH) et URC avaient totalisé quelque 46% des voix. Réunis sur une liste commune en 2018, les membres de la nouvelle formation « Ensemble pour Villers » pourraient bien donner du grain à moudre à l’équipe du bourgmestre sortant. « Notre formation part d’une volonté très claire », affirme Etienne Struyf (CDH) et porte-parole du groupe. « Nous voulons gérer la commune de manière plus ouverte et plus participative. C’est la raison pour laquelle nous avons invité les citoyens à des réunions d’échanges d’idées et de réflexions. A ce jour, nous avons déjà eu 2 rencontres programmatiques. Il y en aura encore 3 autres. Nous croisons nos projets avec ceux de citoyens et d’experts. Nous ferons ensuite la synthèse de ces idées et nous choisirons nos priorités. La mobilité et le service aux personnes devraient figurer parmi les grands axes du programme. Quant à la composition de la liste et au choix de son chef de file, nous discuterons de tout cela en 2018. »