Eco/Tech

Visite d’Emmanuel Macron au Qatar : Doha achète 12 Rafale et 50 Airbus

À l’occasion d’une visite au Qatar, le président français Emmanuel Macron a signé, jeudi, plusieurs gros contrats. Le petit émirat s’est notamment engagé à acheter 12 avions de combat Rafale, 50 Airbus et 490 véhicules blindés.

Sur le plan purement commercial, la visite d’Emmanuel Macron au Qatar n'aura pas été vaine. À l’occasion du passage du président français, le petit émirat s’est engagé, jeudi 7 décembre, à des investissements pour une valeur de près de 12 milliards d'euros.

Emmanuel Macron et son jeune homologue, le cheikh Tamim ben Hamad al-Thani, ne se sont ainsi pas contentés de signer les deux contrats dont la maturité était "proche" – à savoir la levée de l'option d'achat de douze avions de combat Rafale du groupe Dassault (avec une autre option pour 36 Rafale supplémentaires) et la concession du métro de Doha et du tramway de Lusail aux groupes RATP et Keolis, pour quelque 3 milliards d'euros selon la presse économique –, ils ont également finalisé trois autres accords :

  • Le Qatar a signé une lettre d’intention d’achat portant sur 490 véhicules blindés type VBCI au groupe Nexter ;
  • S’y ajoutent 50 Airbus A321neo avec moteurs Safran et une option pour 30 autres avions du même type ;
  • Et un contrat avec Suez pour la dépollution des sols de lagunes.

Des contrats qui confortent la stratégie qatarie

Le Qatar fait depuis juin 2017 l’objet d’un boycott de la part de l'Arabie saoudite et de ses alliés, qui lui reprochent de soutenir des groupes islamistes radicaux et de se rapprocher de l'Iran. Depuis le début de cette crise, Paris n'a pas choisi de camp mais appelé au dialogue et soutenu la médiation assurée par le Koweït.

À la recherche de soutiens, le Qatar a multiplié ces derniers mois les gros contrats d'armement avec des pays occidentaux et signé un accord de défense avec la Russie, sans oublier un partenariat de 25 ans avec Total sur le gisement pétrolier offshore d'Al-Chahine. Les contrats signés jeudi en présence d’Emmanuel Macron viennent conforter cette stratégie.

Une feuille de route contre le terrorisme

La visite du président français avait aussi pour objectif de rappeler l’importance de coopérer dans la lutte contre le terrorisme. Une déclaration d’intention en ce sens a donc été signée. "La France et le Qatar ont décidé de conclure une déclaration d’intention, une feuille de route, pour renforcer nos coopérations en matière de lutte contre le terrorisme et son financement, et contre la radicalisation, a indiqué Emmanuel Macron. Cette déclaration permettra de faciliter les échanges et mettre en commun des savoir-faire face aux dangers de l’extrémisme."

"La carte que joue Macron est claire", analyse le chroniqueur international de France 24 Gauthier Rybinski, qui résume ainsi la position du président : "Assurer le développement du Qatar sans qu’il ait besoin d’avoir cette influence sur les groupes terroristes, nous en serons garants".

Avec AFP

Retrouvez l’intégralité de la déclaration d’Emmanuel Macron à Doha

Première publication : 07/12/2017