la Belgique

Voitures de société : « cash for car » ou budget mobilité? Les deux, répond le ministre François Bellot

Alors que le Salon de l’Auto bat son plein, le sort des voitures de société revient sur la table. Le gouvernement a déjà déposé au Parlement un projet visant à permettre d’échanger sa voiture de société contre du « cash », un projet fort critiqué par le Conseil d’Etat notamment. Une alternative a été proposée par les partenaires sociaux. Le ministre fédéral de la Mobilité envisage désormais de mixer les deux systèmes.

« Cash for car » ne rencontrerait pas, selon le Conseil d’Etat les objectifs de mobilité affichés et représenterait une forme de discrimination entre contribuables. C’est pourquoi les partenaires sociaux, patrons et syndicats, avaient proposé une formule alternative de « budget mobilité ». Le gouvernement propose que les deux systèmes cohabitent. 

Des observations « fondées » du Conseil d’Etat

« On savait que l’allocation de mobilité, c’était une évolution vers le budget mobilité, explique le ministre de la Mobilité, François Bellot. Pour pouvoir répondre aux observations fondées du Conseil d’Etat, on va avoir soit le remplacement de la voiture de société par une allocation de mobilité, soit déjà par un budget mobilité, c’est-à-dire que l’entreprise devra déterminer quel est son coût global de la voiture de société et pourra le remplacer soit par du cash, soit par le remboursement de transports en commun, d’allocations vélo électrique, de voitures partagées ».

Serions-nous donc proches d’une solution acceptable pour toutes les parties concernant ce dossier des voitures de société? Pas si sûr, répond le ministre : « Il faut savoir que c’est une matière très complexe qui implique à la fois le ministre de l’Emploi, de la Fiscalité, du Budget, de la Mobilité. Il faudra donc un certain nombre de mois, voire une année ou deux, pour aboutir au véritable budget mobilité auquel tout le monde aspire, que ce soit le secteur automobile, les transports en commun, les travailleurs et les employeurs ».