la Belgique

Watermael-Boitsfort: trois candidats bourgmestre en 2018 pour succéder à Olivier Deleuze

La petite commune de Watermael-Boitsfort présente la particularité d’avoir le premier et unique bourgmestre Ecolo en région bruxelloise en la personne de l’ancien secrétaire d’Etat fédéral à l’énergie et ancien député Olivier Deleuze. L’homme à la moustache est candidat à sa succession. « Pour un dernier mandat, parce que je ne suis pas propriétaire de la commune ». Sous réserve du résultat des élections, Olivier Deleuze se verrait bien rempiler avec les mêmes partenaires.

Les forces en présence

Le collège actuel se compose d’Ecolo (7 sièges), de Gestion municipale humaniste (GMH, 5 sièges) et du MR (3 sièges), soit 15 sièges sur 27. DéFI (10 sièges) et le PS (2 élus) forment l’opposition. Le MR David Leisterh préside le CPAS. Récemment, la liste GMH a implosé. Au départ, elle était formée du groupe Gestion municipale, d’essence citoyenne, et du cdH. Les trois élus GM et les deux conseillers cdH se sont disputés et c’est sur la liste MR-GM que les deux échevins, Cécile Van Hecke et Jan Verbeke, ainsi que le conseiller communal Guillebert de Fauconval se présenteront en octobre 2018. Comme en 2012, la tête de liste échoira à David Leisterh, qui brigue le mayorat.

En 2012, Olivier Deleuze poussait la liste Ecolo-Groen. Il la tirera bien évidemment l’an prochain. Pour le cdH, pas de changement : c’est l’avocat Alain Wiard, actuel échevin des finances, qui emmènera la liste. Elle s’ouvrira à des candidats de la société civile et ne portera pas nécessairement le label cdH.

Dans l’opposition, c’est la continuité chez DéFI. L’ancienne bourgmestre Martine Payfa a obtenu de haute lutte, et après intervention du président Olivier Maingain, de pourvoir conduire ses troupes au combat, avec l’objectif avoué de reconquérir le mayorat, quitte à céder le flambeau à Anne Spaak-Jeanmart ou à Sandra Ferretti en cours de législature.

Le PS affiche lui une volonté de renouvellement et de rajeunissement. Martin Cazier tirera la liste, que poussera l’ancien chef de file Michel Kutendakana. Le sp.a reste le bienvenu.

Quel bilan pour le collège?

Watermael-Boitsfort se trouve sous plan d’assainissement régional. La commune a donc subi une cure d’austérité budgétaire. La plus grande satisfaction de l’échevin des finances (cdH) Alain Wiard, c’est d’avoir remis les finances à flot. « Nous pouvons à nouveau investir et améliorer le sort du personnel communal, qui a souffert du plan d’assainissement ». Même son de cloche de la part du bourgmestre (Ecolo) Olivier Deleuze : « Quand nous avons accédé au pouvoir, la dette était de 60% des recettes annuelles. Elle est actuellement de 42%. Le plan d’assainissement ne me gêne pas du tout. Il est normal qu’on se montre économe de l’argent public. »

Les finances restent cependant fragiles. « Si nous sommes toujours sous tutelle régionale, commente David Leisterh (MR), c’est parce que nous risquons de perdre les recettes immobilières du siège d’AXA Belgium, soit environ 2 millions annuels. Sans compter la perte de la taxe sur les bureaux pour le même bâtiment, déjà effective depuis le départ d’Axa. Pour le président du CPAS, la principale satisfaction réside dans l’accord de principe en faveur de l’extension de la maison de repos, devenue trop petite pour faire face aux demandes.

La majorité se félicite aussi d’avoir lancé un plan communal en faveur du logement et de voir bientôt enfin rénovés les logements sociaux vides du Floréal. En 2020, l’ensemble du parc devrait être remis en service. Olivier Deleuze, pour sa part, se réjouit de la préservation du champ des cailles en tant que projet d’agriculture urbaine. « Pour nous, on n’y touche pas », martèle le bourgmestre. La participation de la population et la transparence de la gestion figurent également parmi les réalisations revendiquées par le collège.

Qu’en pense l’opposition?

« La consultation des habitants, parlons-en », peste Sandra Ferretti, présidente de la section locale de DéFI. « La commune a beaucoup consulté mais elle n’a pas tenu compte des avis et des remarque des citoyens. Le plan logement n’a même pas été soumis au vote du conseil communal. »

« Les habitants du quartier des Archiducs se sont clairement prononcés contre le parking en intérieur d’ilôt du projet de logements imaginé par la région », renchérit Michel Kutendakana, conseiller communal PS. « Mais on l’a quand même maintenu. Résultat, les recours pleuvent. »

« Le quartier des Archiducs accueille tous les projets de nouvelles habitations. C’est exagéré, il faut construire à d’autres endroits », critique Sandra Ferretti.

L’opposition reproche aussi au collège de ne pas avoir mené à bien la rénovation de la Place Keym dans le courant de l’actuelle législature.

Quelle majorité en 2018?

Bien malin qui pourrait le prédire. Les jeux sont ouverts et trois listes prétendent au mayorat: Ecolo, DéFI et le MR-GM. Ecolo bénéficie de la visibilité de la fonction de bourgmestre et d’une bonne image au niveau de la gouvernance; DéFI a le vent en poupe dans les sondages en ce moment. C’est le parti bruxellois qui monte mais l’enjeu reste avant tout local. Et la dynastie Payfa a longtemps dirigé la commune. Enfin, le MR table sur l’apport des trois élus sortant de GM pour passer de trois à six élus. Mais en politique, les cartels ne fonctionnent pas toujours comme ses composantes l’espèrent. Bref, à Watermael-Boitsfort, les jeux sont loin d’être faits.