la Belgique

Andenne: le bourgmestre socialiste Claude Eerdekens veut abandonner l’étiquette PS

Dans un an, ce sont les élections communales. Les différents groupes politiques ont entamé les discussions pour constituer les listes. Et dans un certain nombre de communes, des bourgmestres socialistes sont manifestement tentés d’abandonner l’étiquette du PS.

A Andenne, en tout cas, le bourgmestre Claude Eerdekens prend clairement ses distances. « Il y a 90% de chances que notre groupe choisisse un autre nom. D’abord parce que ce sera une liste d’ouverture, avec quelques candidats de la société civile (ndlr: du reste comme en 2012). Ensuite, nous ne sommes plus du tout d’accord avec la direction actuelle du Parti socialiste. Un parti social-démocrate ne peut pas courir derrière l’extrême-gauche comme Elio Di Rupo le fait actuellement. Dans ses 123 propositions, il y a, de mon point de vue, des choses inacceptables, comme la taxation des loyers par exemple. En outre, l’affaire Publifin me reste en travers dans la gorge. Cela fait des années que je dénonce ces pratiques. Et le scandale continue : Stéphane Moreau a été exclu du parti mais il gagne toujours 1 million d’euros par an ! La direction du PS fait preuve d’une faiblesse insupportable face aux affaires liégeoises. »

Le parti socialiste à Andenne, depuis la fusion des communes en 1976, c’est pourtant une affaire qui marche. Le PS a toujours décroché la majorité absolue, encore 55 % des voix en 2012. Mais cette majorité absolue est clairement menacée par la chute globale de popularité du PS, qui se confirme sondage après sondage. Et Claude Eerdekens, bourgmestre depuis 1972, volontiers franc-tireur, n’a pas peur de se fâcher avec les instances de son parti : il briguera sans doute son dernier mandat politique en 2018.