Sports

Après l’attentat de Londres, la chasse à l’homme s’organise

 

La police scientifique dans le métro londonien, à la station Parsons Green, vendredi 15 septembre –
Daniel Leal-Olivas / AFP

La police britannique poursuit sa recherche de suspects samedi, au lendemain de l’attaque terroriste revendiquée par Daesh qui a fait 29 blessés dans une station du métro de Londres.

Une explosion s’est produite vendredi matin, à l’heure de pointe, dans une rame du métro de Londres, au niveau de la station Parsons Green située au sud-ouest de la capitale britannique. Vingt-neuf personnes ont été blessées et hospitalisées dans cet attentat, le cinquième en six mois au Royaume-Uni. Qualifié d’acte « terroriste » par la police, il a été revendiqué par Daesh dans un communiqué diffusé par son agence de propagande Amaq

#UK l’#EI revendique l’attentat de #Londres « la charge explosive à été posée par un détachement/unité affilié à l’État Islamique » pic.twitter.com/Azr1uDmfoF

— Wassim Nasr (@SimNasr) 15 septembre 2017

« Une chasse à l’homme est en cours »

« Nous recherchons des suspects », a indiqué vendredi soir à la presse le commandant de l’unité antiterroriste de la police de la capitale, Mark Rowley. L’enquête a fait « vraiment de bon progrès », a-t-il assuré. « Quelqu’un a placé cet engin explosif artisanal dans le métro. Nous devons garder l’esprit ouvert à ce stade sur qui il est et des complices potentiels », a précisé le commandant. 

« Une chasse à l’homme est en cours » pour retrouver le ou les auteurs de l’attentat, avait auparavant indiqué sur LBC Radio le maire de Londres, Sadiq Khan. 

Le commandant de l’unité antiterroriste de la police a également évoqué « une explosion » causée par « un engin explosif artisanal ». Les restes de la bombe sont examinés par des scientifiques, a-t-il ajouté. Selon certains médias britanniques, le retardateur de la bombe n’aurait pas fonctionné correctement. L’explosion aurait donc pu être beaucoup plus puissante. « L’engin explosif était destiné à faire d’énormes dégâts », a affirmé Theresa May à l’issue d’une réunion d’urgence de son cabinet vendredi en début d’après-midi. 

Douze heures après cet attentat, le niveau d’alerte a été relevé de « grave » à « critique » à Londres, ce qui signifie qu’un attentat est « imminent ». En tout, 1.000 policiers seront redéployés « à travers le pays », a précisé Mark Rowley. Dans certains lieux stratégiques, les policiers vont être remplacés par des militaires.