la Belgique

Catherine De Bolle: parcours de la première commissaire-générale de la police fédérale jusqu’à la tête d’Europol

Catherine De Bolle, première femme à prendre la tête de la police fédérale, deviendra dans quelques mois directrice exécutive d’Europol. Elle a surclassé le candidat tchèque Oldrich Martinu.

Catherine De Bolle est née le 17 février 1970 à Alost. Elle a étudié le droit à l’université de Gand entre 1988 et 1993. De 1994 à 1997, elle a suivi une formation d’officier à la gendarmerie. Elle a notamment été juriste à la police fédérale, et a participé à la mise en loi de la réforme des polices. En 2001, elle a été nommée cheffe de corps à Ninove.

En 2011, Catherine De Bolle s’est classée première sur la liste de la commission de sélection pour la fonction de commissaire-général de la police fédérale. Elle a prêté serment le 29 février de l’année suivante. Catherine De Bolle, âgée alors de 42 ans, était devenue la première femme à occuper le poste, et également la plus jeune commissaire-générale.

Elle avait alors laissé entendre que ses priorités seraient le renforcement des relations avec la police locale, de la confiance dans la police en général et dans la police fédérale en particulier, et la participation à rendre la société plus sure. « La police devra travailler de manière plus efficace et la délimitation des tâches essentielles est une nécessité », avait déclaré la nouvelle commissaire-générale dans son discours.

En 2015, elle était devenue représentante européenne au comité exécutif d’Interpol, l’organisation internationale de police qui regroupe 192 pays membres, un mandat de trois ans.

En mai, la police fédérale a indiqué que Catherine De Bolle se verrait bien succéder au Britannique Rob Wainwright, le directeur exécutif d’Europol. « Ma fonction actuelle, je l’accomplis avec beaucoup d’envie et de passion. (…) Mais une chance comme celle-là, j’aimerais la saisir pour mettre mon expérience et mon expertise au service de la population européenne et de sa sécurité. Je considère comme un grand honneur de pouvoir être candidate. Pas seulement pour moi-même, mais aussi pour la police en Belgique », avait-elle déclaré.

Fin octobre, on avait appris que Catherine De Bolle se classait première pour la fonction. Elle ressortait dans une « shortlist » de trois candidats, avec le Tchèque Oldrich Martinu et le Néerlandais Wil van Gemert.

Le gouvernement belge a mené ces derniers mois une campagne diplomatique intense pour promouvoir sa candidature, notamment auprès de grands pays indécis – l’Espagne, l’Italie et le Royaume-Uni – dont le vote était prépondérant. Le candidat choisi devait l’emporter par une majorité qualifiée, ce qui a été le cas mercredi après-midi après un deuxième tour de discussion. La future directrice exécutive sera entendue le 24 janvier par la commission des Libertés civiles (LICE) du Parlement européen.

Catherine De Bolle succédera à Rob Wainwright le 1er mai 2018.